1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron est-il le président le plus mal élu de la Ve République ?
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron est-il le président le plus mal élu de la Ve République ?

FACT CHECKING - Selon les calculs de RTL, Emmanuel Macron est élu avec une estimation de 37,55% des inscrits (18,3 millions de voix), soit le plus faible taux d'inscrits depuis l'élection de Georges Pompidou en 1969.

Emmanuel Macron prononce son discours de victoire le 24 avril 2022
Emmanuel Macron prononce son discours de victoire le 24 avril 2022
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Large vainqueur de l'élection présidentielle devant Marine Le Pen avec 58% des voix, ce dimanche 24 avril, Emmanuel Macron est-il cependant "le plus mal élu des présidents de la Ve République", comme l'a jugé dimanche soir Jean-Luc Mélenchon ?

Pour avoir un critère stable dans le temps, nous avons choisi le pourcentage de voix pour le candidat en fonction du nombre d’inscrits, et non du nombre de votants, afin de tenir compte de l’abstention et des votes blancs et nuls. 

Selon les calculs de RTL, à partir des estimations de Harris Interactive de la participation et des résultats, Emmanuel Macron est élu avec une estimation de 37,55% des inscrits (18,3 millions de voix), soit effectivement le plus faible taux d'inscrits depuis Georges Pompidou en 1969 (37,5% des inscrits et 11 millions de voix) et depuis les 39% de François Hollande en 2012 (18 millions de voix). 

À titre de comparaison, Emmanuel Macron avait été élu avec 43% des inscrits et 20,7 millions de voix il y a cinq ans, un score relativement similaire aux élections de Nicolas Sarkozy en 2007, François Mitterrand en 1981 et 1988, Valéry Giscard d'Estaing en 1974, mais très en deçà de la victoire de Jacques Chirac en 2002, élu avec 61,9% des inscrits et 25,5 millions de voix.

Macron a promis de changer de méthode

À lire aussi

"C'est une question d'appréciation", estime Jean-Daniel Levy, le directeur délégué de Harris Interactive, interrogé sur RTL. "À y regarder de plus près, l'élection de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 se fait à très peu de voix de distance par rapport au score obtenu par François Mitterrand. En revanche, si on regarde par rapport aux personnes qui sont inscrites sur les listes électorales, au moins depuis 1969 et l'élection de Georges Pompidou, le taux d'approbation et de soutien en matière de comportement électoral à l'égard du président de la République est l'un des plus bas. Moins de 40% des personnes inscrites sur les listes électorales ont déposé un bulletin de vote en faveur d'Emmanuel Macron."

Le scrutin de dimanche pose désormais "la question de l'approbation de la politique d'Emmanuel Macron", estime Jean-Daniel Levy. "L'électorat est scindé en deux. La moitié des électeurs qui ont voté en faveur d'Emmanuel Macron ont choisi le programme politique porté par le candidat. L'autre moitié a voulu éviter que Marine Le Pen puisse arriver aux responsabilités."

Pour Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof du CNRS, le vrai problème n'est pas tant d'être bien ou mal élu, "c'est ce qu'on fait de son élection". "Emmanuel Macron a indiqué qu'il souhaitait gouverner différemment, changer de méthode. Beaucoup de pays se demandent aussi comment on peut gouverner aujourd'hui en respectant la parole citoyenne. Il va falloir qu'il dise assez rapidement comment il initie ça concrètement", selon lui. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/