3 min de lecture Économie

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron coincé par le "quoi qu'il en coûte" ?

DÉCRYPTAGE - Le président de la République a assuré le soutien de l'État aux secteurs impactés par la crise du coronavirus. Mais jusqu'à quand ? À un an et demi de la présidentielle, il s'avère désormais délicat politiquement de couper cette aide.

Emmanuel Macron, le 21 janvier 2021
Emmanuel Macron, le 21 janvier 2021 Crédit : Yoan VALAT / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Sauver les Français et sauver l'économie "quoi qu'il en coûte". Mais jusqu'à quand ? Un début de réponse a été amorcé par Olivier Dussopt. Dans une interview aux Échos, le ministre des Comptes publics estime que "si 2021 marquera la fin de la crise et de la pandémie comme tout le monde l'espère, il faut aussi que 2021 marque la sortie du 'quoi qu'il en coûte'". 

La mobilisation de tous les moyens nécessaires face à la crise du coronavirus a été réalisée "pendant toute l'année 2020", complète le ministre. "Nous avons dépensé massivement pour soutenir les entreprises et les Français dans la crise. Cela a été possible car nous sortions d'une année 2019 qui avait été bonne du point de vue économique grâce à notre action, et car nous avions assaini les comptes depuis 2017", a-t-il poursuivi. 

Mais, a-t-il ajouté, "le niveau de dépenses que nous connaissons aujourd'hui n'est pas soutenable dans le temps".  

44,1 milliards de dépenses supplémentaires

Cela pourrait ainsi marquer un tournant dans la dernière année du quinquennat d'Emmanuel Macron. Bien plus qu'une phrase, le "quoi qu'il en coûte" assuré par le président représente surtout un parachute de l'État indispensable pour soutenir tous les secteurs et les entreprises durement impactés par la crise du coronavirus

À lire aussi
Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : le PS vit "à côté du pays", tacle Florian Bachelier sur RTL

Pour faire face à l'épidémie, l'État a engagé 44,1 milliards de dépenses supplémentaires, dont 41,8 milliards de dépenses d'urgence, selon des chiffres de Bercy. Le déficit de l'État -hors périmètre des collectivités locales et de la sécurité sociale - s'est creusé de 85 milliards d'euros, passant de près de 93 milliards l'an dernier à 178,2 milliards d'euros.

Selon l'éditorialiste économique de RTL François Lenglet, "le gouvernement n'a pas lésiné". Mais combien de temps la France pourra-t-elle tenir comme cela ? "Le pays s'endette massivement grâce aux prêts à taux zéro de la Banque centrale européenne, comme les autres pays du reste. Ce qui est symptomatique dans les annonces d'hier, c'est que le gouvernement a intégré les viticulteurs dans les bénéficiaires", précise François Lenglet. 

Du "quoi qu'il en coûte" au "quoi qu'il arrive"

En parallèle des risques de laisser la planche à billets actionnée, le "quoi qu'il en coûte" d'Emmanuel Macron pourrait devenir une épine dans son pied sur la route de 2022. Lors de ses vœux de fin d'année, le chef de l'État a défendu sa stratégie du "quoi qu'il en coûte". Et l'a fait évoluer vers un "quoi qu'il arrive". "En 2021, quoi qu’il arrive, nous saurons faire face aux crises qui ne s’éteindront pas avec le 1er janvier", a expliqué Emmanuel Macron.

Ce "super-État providence ne bute plus sur aucune contrainte financière. Et il a toute chance de durer au moins jusqu'à la présidentielle de 2022", analyse François Lenglet. Pourquoi ? "On voit mal un président candidat à sa propre succession débrancher tout cela en pleine campagne électorale et prendre le risque de provoquer, à la veille de l'élection, crise sociale et mécontentement", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron surveille de près la colère sociale renforcée par la crise sanitaire. Les demandes des "gilets jaunes" sont activement étudiées et appliquées pour certaines. Pour rappel, le premier déplacement de l'année pour le chef de l'État fut axé sur le thème de la réforme des pensions alimentaires. Dans Le Journal du Dimanche, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez appelait le gouvernement à la prudence face à une "colère" renforcée par dix mois de crise sanitaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Présidentielle 2022
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants