3 min de lecture La France insoumise

Présidentielle 2022 : avec les écolos et LR, Montebourg fait du tout-terrain

DÉCRYPTAGE - Arnaud Montebourg se positionne sur la ligne de départ pour l'élection présidentielle de 2022. L'ancien ministre socialiste a le vent en poupe que ce soit du côté des écologistes, mais aussi des Républicains. Au grand dam de Jean-Luc Mélenchon.

Arnaud Montebourg, le 2 octobre 2017
Arnaud Montebourg, le 2 octobre 2017 Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une stratégie qui se concrétise pas après pas. Arnaud Montebourg poursuit sa lancée vers une possible candidature lors de l'élection présidentielle de 2022. L'ancien ministre du Redressement productif sous François Hollande commence à récolter les fruits des premières graines semées quelques semaines plus tôt. 

Pour solidifier son avancée, Arnaud Montebourg sonde le terrain. Le 16 janvier dernier, le chantre du "made in France" était en séance de dédicaces pour son livre L'Engagement, dans le IIème arrondissement de Paris. Si on lui pose la question d'une éventuelle candidature, il répond par une phrase laconique : "Chaque chose en temps", rapporte Le Figaro.

En coulisses, "une cinquantaine" de personnes travaillent à la mise en place du parti qui a pour objectif "de soutenir la candidature d'Arnaud. Montebourg", indiquait à l'AFP son président, Valentin Przyluski, ancien conseiller d'Arnaud Montebourg lorsque celui-ci était ministre de l'Économie. 

Une main tendue chez les écolos...

Après avoir lancé son mouvement, aussi appelé L'Engagement, Arnaud Montebourg travaille ses soutiens. À commencer par Yannick Jadot. Convoité par la gauche, l'eurodéputé EELV a indiqué, en marge d'un déplacement à Saint-Maurice dans le Val-de-Marne, "dans le rassemblement pour gagner il faudra qu'il y ait Arnaud Montebourg, Christiane Taubira ou encore Fabien Roussel" du PCF. 

À lire aussi
Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : le PS vit "à côté du pays", tacle Florian Bachelier sur RTL

L'eurodéputé écologiste qui a aussi des ambitions présidentielles fait un pas vers Arnaud Montebourg. "Relocalisation et souveraineté industrielle, ça me va, on a un espace en commun (...) Il a intégré une partie du logiciel écolo, ce qui n'était pas évident lorsqu'il était au gouvernement", a-t-il ajouté. 

Arnaud Montebourg réactive aussi son réseau au sein du Parti socialiste. La sénatrice Laurence Rossignol ne tarit pas d'éloge à son égard dans les colonnes du Journal du Dimanche. "Le sujet d'Arnaud, ce n'est pas la gauche, c'est la France. Il n'enferme pas sa pensée dans les référentiels de la gauche classique", explique-t-elle.

... et une autre en direction des Républicains

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'avancée d'Arnaud Montebourg déclenche des réactions du côté des Républicains. Le numéro 2 du parti Guillaume Peltier souligne des "points communs" avec l'ancien ministre socialiste, notamment sur la "souveraineté" ou le "patriotisme économique". 


Sur LCI, Guillaume Peltier a évoqué "des divergences sur les questions régaliennes", tout en soulignant une convergence sur les "relocalisations industrielles" et sa volonté de "réinventer le libéralisme". Une fois le constat établi, le vice-président délégué des Républicains estime que ces points communs "doivent nous permettre d'envisager une volonté commune de tourner la page de 40 années d'échec en France et de revenir à la souveraineté populaire".

Xavier Bertrand aussi abonde dans le sens de Guillaume Peltier. Le président des Hauts-de-France et l'ancien ministre socialiste discutent de façon régulière. "Au-delà des différences politiques, quelque chose nous dépasse, c’est la France, c’est l’intérêt général, c’est la capacité à s’opposer au rouleau compresseur de la technostructure et de la bien-pensance. Pour nous, le politique décide. On peut réhabiliter la politique face au fatalisme", estime celui qui a aussi 2022 en ligne de mire auprès du Figaro.

Mélenchon sera-t-il de la partie ?

Là encore, Arnaud Montebourg avait amorcé et préparé le terrain. Dans un entretien au Point, il déclarait que "la droite post-gaulliste qui défend notre pays et n'est pas favorable à la mondialisation me paraît tout aussi proche de moi que de nombreuses personnalités de gauche". 
Toute cette agitation semble pour l'instant se faire aux dépens de Jean-Luc Mélenchon. Lui qui est officiellement candidat pour la présidentielle de 2022 fustige "l'ouverture à droite" d'Arnaud Montebourg. Jean-Luc Mélenchon, lui, "ne croit pas que puisse exister une convergence réelle entre parti de droite et formations de gauche politique dès que nous venons sur le terrain fondamental de la question sociale". Dans un billet publié sur son blog ce lundi 18 janvier, le leader de la France insoumise va même jusqu'à égrainer les points communs qui rapportent les deux hommes politiques. Arnaud Montebourg "peut être utile et même profitable pour nous", lance Jean-Luc Mélenchon.

Désireux d'attirer Arnaud Montebourg dans son camp, le député LFI des Bouches-du-Rhône écrit même : "Pourquoi ne pourrait-on pas se comprendre ? Tout cela est gérable". En 2017, les rôles étaient différents. Après sa défaite à la primaire PS, Arnaud Montebourg avait envisagé soutenir Jean-Luc Mélenchon plutôt que Benoît Hamon. En 2021, à un an et demi de l'élection présidentielle, le rapport de forces semble avoir changé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Jean-Luc Mélenchon Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants