1 min de lecture Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg livre ses confidences sur "la machine à trahir le pouvoir"

INVITÉ RTL - Dans son livre "L'Engagement", l'ancien ministre du Redressement productif fait le bilan de son passage à Bercy sous François Hollande.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Arnaud Montebourg, invité de RTL Soir du 10 novembre 2020 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Marie-Pierre Haddad

Il existe des expériences qui marquent plus que d'autres. C'est incontestablement le cas pour Arnaud Montebourg et son passage dans le gouvernement de François Hollande en tant que ministre du Redressement productif. 

Six ans après son départ du gouvernement Valls, Arnaud Montebourg se confie dans un livre L'Engagement, publié aux éditions Grasset. N'y voyez pas de règlement de comptes, mais plutôt un "témoignage pour que nul n'ignore ce qui se passe dans la tête" des décideurs politiques. L'ancien ministre ne se prive cependant pas pour juger le quinquennat de François Hollande, responsable d'après lui de "décisions décevantes". 

Invité de RTL ce mardi 10 novembre, le chantre du "made in France" a voulu lever le voile sur ce qu'il appelle "la machine à trahir le pouvoir". Même s'il explique avoir fait sa part d'"autocritique", Arnaud Montebourg tient pour responsable l'ancien président de la République à la tête d'une "mécanique infernale de la Vème République". 

S'il y a bien eu un échec, c'est le quinquennat de François Hollande

Arnaud Montebourg
Partager la citation

"S'il y a bien eu un échec, c'est le quinquennat de François Hollande (...) Je n'étais pas du tout raccord avec lui (...) On avait passé un accord de raison qui n'a pas été respecté", rappelle-t-il en insistant sur le fait que le "cynisme" a triomphé. 

À lire aussi
Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg, le 30 août 2014 Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : Hidalgo et Montebourg accélèrent, vers un embouteillage à gauche ?

Son départ du gouvernement de Manuel Valls fut "un soulagement" pour celui qui s'est reconverti depuis dans la production de miel. "Nous n'avions plus rien à faire ensemble", explique-t-il. The End, comme le résume la chanson des Doors. Une mélodie qui n'est pas inconnue des oreilles d'Arnaud Montebourg, qui en sifflota quelques notes avant d'entrer dans le bureau de son premier ministre Manuel Valls et de démissionner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Arnaud Montebourg François Hollande Bercy
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants