1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : Arnaud Montebourg souhaite tirer au sort les sénateurs parmi les citoyens
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : Arnaud Montebourg souhaite tirer au sort les sénateurs parmi les citoyens

L'ancien ministre du Redressement productif estime que l'on peut "associer aujourd'hui les citoyens à la méthode de gouvernement pour reconstruire la confiance détruite".

Martine Aubry et Arnaud Montebourg à Lille, le 24 juin 2013
Martine Aubry et Arnaud Montebourg à Lille, le 24 juin 2013
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Il n'est pas officiellement candidat à l'élection présidentielle mais pourtant Arnaud Montebourg a déjà lancé des consultations en vue de 2017. Avec son appel pour construire un "grand projet alternatif pour la France", l'ancien ministre du Redressement productif cherche à "bâtir dans les mois qui viennent un programme en s'adressant à tous les Français qui souhaitent peser sur le destin de notre Nation et de notre continent", comme il l'expliquait lors de l'ascension du Mont-Beuvray

À l'antenne de RTL, Arnaud Montebourg a fixé à "cet été" le moment où il annoncera s'il se présente ou non à l'élection présidentielle. Mais en attendant, il a commencé à distiller des idées à l'antenne de France Inter, ce mercredi 8 juin. Il évoque la possibilité de faire du Sénat "une assemblée tirée au sort, sans pouvoir législatif puisqu'il n'a pas de représentativité, mais avec un rôle de contrôle", au lieu "d'être une institution de fin de carrière". D'après lui, "on peut associer aujourd'hui les citoyens à la méthode de gouvernement pour reconstruire la confiance détruite". Il rappelle avoir déjà testé ce système en Saône-et-Loire et assure qu'il a fonctionné.

Autre proposition : "La suppression du pouvoir de nomination du président de la République (...) Il faut lui retirer des pouvoirs de nomination des postes-clés. On les confierait au ministre". Arnaud Montebourg cherche à limiter "l'effet de cour" à l'Élysée. Les ministres seraient donc "chefs de leur administrations" et nommeraient leurs collaborateurs. Il prône aussi une "organisation de la responsabilité de chaque ministre, mise en cause par les députés mais sans motion de censure sur le gouvernement. Exemple, Cahuzac". L'objectif est de mettre en place des "contre-pouvoirs, la souveraineté nationale pourrait décider". 

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire