2 min de lecture Justice

Nicolas Sarkozy : les coulisses de sa garde à vue

Nicolas Sarkozy est resté imperturbable face aux questions des enquêteurs lors de sa garde à vue les 20 et 21 mars dernier. Il devait à l'origine passer la nuit dans les locaux de la police judiciaire, en dormant sur une simple chaise.

>
Nicolas Sarkozy : les coulisses de sa garde à vue Crédit Image : IAN LANGSDON / POOL / AFP | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date :
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Thibaut Deleaz

Nicolas Sarkozy devait rester dormir dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre entre ses deux jours de garde à vue le 20 et 21 mars dernier. C'est ce qui avait été décidé dans un premier temps, avant que l'ancien Président ne soit autorisé à rentrer chez lui pour la nuit.

Vers 20 heures, les policiers lui font savoir que sa garde à vue va être reconduite et qu'il va dormir sur place. Nicolas Sarkozy ne montre aucune réaction particulière, mais son avocat Thierry Herzog découvre que son client va devoir dormir sur une simple chaise.

On demande à l'avocat d'aller chercher quelques affaires de rechange, ainsi qu'une couverture et un oreiller. Thierry Herzog téléphone alors à Carla Bruni-Sarkozy, l'épouse de l'ancien Président, qui propose de se déplacer pour aider son mari si cela est nécessaire.

À lire aussi
Un avion de la compagnie American Airlines (image d'illustration) international
États-Unis : le doigt coincé dans l'accoudoir d'un avion, il porte plainte

Lorsque les juges arrivent à Nanterre et découvrent la situation, ils craignent que l'image de Nicolas Sarkozy dormant sur une simple chaise soit mal interprétée. Ils vont s'isoler pour délibérer, et autorisent finalement l'ancien chef de l'État à rentrer dormir chez lui, après avoir donné sa parole qu'il reviendrait en garde à vue le lendemain à 7h30.

200 questions préparées par les juges

Nicolas Sarkozy avait été convoqué par le juge Serge Tournaire une quinzaine de jours avant la garde à vue, par téléphone, le magistrat étant soucieux d'éviter les fuites dans la presse. Dès qu'il est arrivé à Nanterre, il a été pris en charge par trois policiers qui se sont relayés pour l'interroger.

Le programme était chargé : pas moins de 200 questions préparées à l'avance par les juges. Nicolas Sarkozy n'a pas souhaité marquer de pause dans cet interrogatoire. Les questions ont été posées et reposées, ce qui est toujours le cas dans ce genre d'interrogatoire.

Nicolas Sarkozy est resté imperturbable

Les policiers ont également été surpris par l'attitude de l'ancien présidentLui qui a déclaré qu'il vivait "l'enfer de la calomnie dans cette affaire" est resté imperturbable, ni irrité, ni abattu. Simplement pressé d'en finir le plus vite possible.

Nicolas Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de détournement de fonds libyens" et placé sous contrôle judiciaire, dans l'affaire du financement libyen présumé de sa campagne de 2007, qu'il nie

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Affaire Sarkozy Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792754111
Nicolas Sarkozy : les coulisses de sa garde à vue
Nicolas Sarkozy : les coulisses de sa garde à vue
Nicolas Sarkozy est resté imperturbable face aux questions des enquêteurs lors de sa garde à vue les 20 et 21 mars dernier. Il devait à l'origine passer la nuit dans les locaux de la police judiciaire, en dormant sur une simple chaise.
https://www.rtl.fr/actu/politique/nicolas-sarkozy-les-coulisses-de-sa-garde-a-vue-7792754111
2018-03-23 18:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/I2AqSzaqKo4cTo4BhnGyCw/330v220-2/online/image/2018/0322/7792735136_nicolas-sarkozy-le-20-novembre-2016.jpg