2 min de lecture Propulsé

SpaceX : "Les multinationales plus puissantes que des États", constate Polony

ÉDITO - Samedi 30 mai, SpaceX a envoyé avec succès deux spationautes dans la Station spatiale internationale, une première pour une entreprise privée. Pour Natacha Polony, c'est le symbole que "notre avenir" est entre les mains des multinationales et non celles des États.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
L'oeil de... du 01 juin 2020 Crédit Image : Gregg Newton / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Cassandre Jeannin

Ce lundi 1er juin, je vous emmène dans les étoiles, je vous promets même la Lune. Pas pour tout de suite, mais bientôt. Et mars derrière. On a tellement vu de films nous racontant l’espace, la conquête d’autres planètes, qu’on en oublierait presque ce qu’il y a de totalement dingue pour l’être humain à monter dans une fusée et à s’envoler dans l’espace.


Vous vous souvenez, il y a quelques années, Elon Musk avait organisé une sorte de concours international pour recruter des volontaires pour de futures missions pour mars. Des missions dont on ne revient pas, puisqu’on n’a pas pour l’instant de quoi stocker le carburant du retour. Et les motivations de ces gens étaient extraordinaires. Ils disaient leur envie de participer à la dernière grande aventure humaine. Un rêve incommensurable ; beaucoup plus puissant que la peur du danger.

Mais là, en l’occurrence, avec SpaceX, on parle d’un vol habité de deux spationautes dans la Station spatiale internationale. Mais on parle surtout d’un basculement majeur. La conquête spatiale, jusqu’à présent, c’étaient des États qui organisaient la démonstration de leur puissance. Bon, c’est encore ça. Et derrière, c’est une course aux ressources et aux matières premières.


En gros, la Terre est devenue trop petite, on a déjà presque tout pompé, donc il faut se délocaliser. Et les premiers arrivés seront les premiers servis. D’où le retour des programmes de vols habités à la Nasa

Une entreprise privée à la conquête de l'espace

À lire aussi
Un satellite (photo d'illustration) Propulsé
Nouvelle-Zélande: une fusée porteuse de satellites "perdue" après son lancement

Sauf que là, c’est une entreprise privée qui se lance. Une entreprise privée qui vit d’énormes subventions publiques, mais tout de même. Vous vous rendez compte ! L’horizon de l’humanité, le rêve d’inconnu, délégué au privé. Bon, ça a toujours existé. Le nouveau monde a été mis en coupe réglée par les compagnies des Indes, des monopoles accordés par les États pour exploiter les terres conquises. Rien de nouveau sous le soleil. Mais c’est la Nasa qui assurera les vols vers la Lune.


Mais la boîte de Pandore est ouverte. Les multinationales californiennes sont devenues plus puissantes que des États. Et notre avenir est entre leurs mains. Il y a là un symbole majeur. 

Alors ce soir, regardez les étoiles, essayez d’oublier les milliers de tonnes de déchets que nous avons déjà laissés là haut, les millions de tonnes que nous y mettrons encore si nous décidons de compenser la pollution ici en allant en créer là-bas, oubliez que les grands horizons attirent plus les hommes d’affaires juste derrière les aventuriers, et répétez-vous comme Blaise Pascal : "Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie". Mais ce silence est-il éternel ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants