3 min de lecture Économie

"Le confinement a permis une réflexion sur le travail", dit Natacha Polony

ÉDITO - Pour Natacha Polony, baisser les salaires par des accords d’entreprise sans prendre en compte la moindre réflexion sur la justice sociale risque de fracturer encore un peu plus la société française.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
"Le confinement a permis une réflexion sur le travail", dit Natacha Polony Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Marie Gingault

Pour sa quatrième intervention solennelle depuis l’annonce du confinement, Emmanuel Macron a voulu nous dessiner l’action face à la crise économique à venir. Et il y a une phrase qui a retenu l’attention, quand le président a parlé de travailler et produire davantage.

Elle n’a pas seulement retenu l’attention, cette phrase, elle a fait se lever les boucliers. Parce qu’elle a été entendue comme un retour du serpent de mer français, la question des 35 heures. D’ailleurs, dès ce matin, les ministres de l’Économie et du Budget ont sorti les avirons pour essayer de minimiser, de dire qu’il ne s’agissait surtout pas d’augmenter la durée du travail.

En gros, pour Bruno Le Maire, ça veut juste dire qu’il faut que tout le monde ait du travail, donc qu’il faut éviter le retour du chômage de masse. C’est quand même un peu court. Je pense que cette phrase mérite mieux que la satisfaction du Medef et la colère de la CGT. Bien sûr qu’elle porte la vieille question de savoir si les 35 heures ont contribué à plomber la compétitivité française, mais on est largement au-delà de ça.

Le confinement a permis une réflexion sur le travail que tout le monde éludait. On a constaté qu’il y avait des métiers essentiels et peu valorisés, que certains faisaient leur travail quoi qu’il arrive avec un sens du devoir admirable, que d’autres ne se sentaient pas forcément cette obligation. Qu’en fin de compte, il y a en France des gens qui travaillent beaucoup et sont peu protégés, d’autres qui, parce qu’ils sont protégés, ont pu se permettre de ne pas reprendre tout de suite et de mettre en avant les impératifs sanitaires, bref, il y a des inégalités majeures dans notre rapport au travail.

C'est travailler plus pour produire plus et pour gagner tout autant

Natacha Polony
Partager la citation
À lire aussi
Une facture EDF et une ampoule (illustration) économie
Électricité : le RTE craint de ne pouvoir approvisionner les foyers cet hiver

Je ne sais pas si vous vous souvenez qu’en 2007, Ségolène Royal avait axé sa campagne sur la "valeur travail". Elle voulait que la gauche, qui avait poussé les 35 heures et la société des loisirs, se ressaisisse de cette notion essentielle. Comme souvent, elle avait une intuition intéressante : si la gauche, c’est l’émancipation, il faut refaire du travail un moyen d’émancipation. Nicolas Sarkozy avait répondu par le "travailler plus pour gagner plus" et il avait emporté la mise.

Et là, Emmanuel Macron, c’est travailler plus pour produire plus et pour gagner autant. Mais il a le même problème que Nicolas Sarkozy, qui s’était pris de plein fouet la crise de 2008 : les heures supplémentaires défiscalisées, quand les carnets de commandes sont vides, ça ne sert à rien. Là, c’est pareil. Il y a d’infinies questions à se poser sur l’entrée tardive des jeunes sur le marché du travail, sur la revalorisation de certaines filières, professionnels de santé, enseignants, sur le temps de travail, aussi, sur le mérite.

Mais si la seule idée, c’est de baisser les salaires par des accords d’entreprise, et si ça ne s’accompagne pas de la moindre réflexion sur la justice sociale, non seulement ça ne marchera pas, mais ça va fracturer encore un peu plus la société française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants