1 min de lecture Gilets jaunes

Mort de Zineb Redouane : "En aucun cas je n'ai cherché à étouffer cette affaire", dit Castaner

INVITÉ RTL - Lors d'une manifestation des "gilets jaunes" en décembre 2018, une octogénaire est touchée par une grenade lacrymogène, à Marseille alors qu'elle fermait ses volets. Elle est décédée le lendemain sur la table d'opération.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Christophe Castaner dans RTL Soir avec Thomas Sotto Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Marie-Pierre Haddad

Début décembre 2018, alors que la manifestation de l'acte III des "gilets jaunes" dégénère, Zineb Redouane, une Algérienne de 80 ans, est atteinte au visage par des éclats de grenade lacrymogène dans son appartement, situé au 4e étage. Grièvement blessée, elle succombe le lendemain à l'hôpital lors de son anesthésie. 


Deux ans après sa mort, une contre-expertise indépendante valide la thèse d'un tir tendu, contrairement aux premières conclusions de l'enquête. L'analyse "contredit le rapport d'expertise" officiel qui concluait que le lance-grenade à l'origine du tir avait été "utilisé selon les préconisations et les procédures d'emploi en vigueur dans la police nationale" et mettait hors de cause les CRS. 

La fille de Zineb Redouane a déposé plainte contre Christophe Castaner devant la Cour de Justice de la République. Invité à l'antenne de RTL, celui qui était en poste au ministère de l'Intérieur à l'époque des faits nie avoir eu des échanges avec le procureur de Marseille. "Je ne sais même pas qui est le procureur, je n'ai eu aucun échange avec le procureur et je n'ai donné aucune instruction concernant l'arme". 

Tout cela est un pur fantasme d'avocat qui cherche à briller devant ses clients

Christophe Castaner
Partager la citation

"Tout cela est un pur fantasme d'avocat qui cherche à briller devant ses clients. Or, il y a une personne qui est morte et je trouve cela pathétique. En aucun cas, ces accusations ne sont fondées. En aucun cas je n'ai cherché à étouffer cette affaire. En aucun cas, je n'ai donné d'instructions sur ce dossier, ni en amont, ni au moment des faits, ni après", a ajouté l'ancien ministre de l'Intérieur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Christophe Castaner Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants