1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Gilets jaunes" : "La crise économique redonne des motifs de mobilisation", avance un expert
1 min de lecture

"Gilets jaunes" : "La crise économique redonne des motifs de mobilisation", avance un expert

INVITÉ RTL - Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales, estime que le mouvement des "gilets jaunes" a encore des soutiens et pourrait reprendre dans le contexte de crise actuelle.

Des "gilets jaunes" bloquent la route à Valenciennes le 17 novembre 2018
Des "gilets jaunes" bloquent la route à Valenciennes le 17 novembre 2018
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
"Gilets jaunes" : "La crise économique redonne des motifs de mobilisation", avance un expert
03:54
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Il y a deux ans, le 17 novembre 2018, un mouvement populaire débutait avec une occupation des ronds-points comme symbole de contestation en faveur d'un meilleur pouvoir d’achat. Les "gilets jaunes" arrivaient alors pour remettre en cause les conditions de vie des plus précaires. Et même si les manifestations n’ont plus lieu, le mouvement n’est pas mort. 

"Il y avait encore 10% de la population qui se déclarait ‘gilets jaunes’", indique sur RTL Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales, expert associé à la Fondation Jean Jaurès. Selon un récent sondage, "50% de la population soutient les ‘gilets jaunes’", ajoute-t-il. 

"Les points sur lesquels s’étaient mobilisés les ‘gilets jaunes’ ont encore lieu d’être", analyse Antoine Bristielle, en mettant en avant les difficultés économiques actuelles. "Avec la crise économique, ça redonne des motifs de mobilisation", ajoute-t-il. 

Un climat de défiance

Face aux protestations actuelles à l’encontre de la politique sanitaire du gouvernement, avec une remise en cause même de la gravité de la pandémie couplée au mouvement anti-vaccins, le terreau reste fertile. "Il y a des proximités qui peuvent avoir lieu notamment dans la défiance vis-à-vis des autorités", estime Antoine Bristielle. 

À lire aussi

Néanmoins il y a une différence dans les catégories sociales impliquées dans le mouvement contestataire. "On est sur une sociologie qui n’est pas similaire, mais il y a un bruissement, dans le pays, de défiance contre ce que fait le gouvernement", conclut-il. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/