1 min de lecture Daesh

Mort d'al-Baghdadi : "Un coup dur" pour Daesh, mais "pas un coup fatal", selon Hollande

L'ancien président de la République estime qu'"il n'y a pas de capacité à mener plus d'actions qu'il y a quelques jours avant l'annonce de la mort de ce terroriste en chef".

François Hollande, le 7 mai 2019 à Paris
François Hollande, le 7 mai 2019 à Paris Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Donald Trump a annoncé, dimanche 27 octobre, la mort du chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi lors d'une opération militaire américaine dans le nord-ouest de la Syrie. Un succès à l'international pour le président américain, accueilli avec retenue par ses alliés européens.
Sur France 2, François Hollande a une pensée pour les "familles des victimes des attentats, aussi bien du 13 novembre, que ceux des attentats qui ont précédé et suivi. Ces familles savent maintenant que le chef de l'organisation terroriste islamiste qui avait commandité, organisé, préparé ces attentats est mort aujourd'hui". 

L'ancien président de la République estime qu'il s'agit d'"un coup dur" pour cette organisation terroriste "mais ce n'est pas un coup fatal". "C'est un coup dur parce que c'est lui qui avait proclamé le califat et lancé ces opérations en Irak et en Syrie (...) Mais ce n'est pas un coup fatal. Cette organisation a encore des combattants", ajoute-t-il. 

Même si la "menace demeure", François Hollande pense qu'"il n'y a pas de capacité à mener plus d'actions qu'il y a quelques jours avant l'annonce de la mort de ce terroriste en chef". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh François Hollande International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants