2 min de lecture Emmanuel Macron

Migrants : pour Emmanuel Macron, l'ONG Lifeline fait "le jeu des passeurs"

Lors de sa visite au Vatican, le président français a rejoint certaines positions de l'Italie en critiquant le rôle des ONG en Méditerranée. Les associations d'aide aux migrants sont montées au créneau.

Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse le 27 juin 2018.
Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse le 27 juin 2018. Crédit : JULIEN DE ROSA / POOL / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
et AFP

Avec la polémique suscitée par le navire Lifeline, le dossier des migrants empoisonne les relations entre Paris et Rome. Emmanuel Macron a ainsi tenté de jouer la carte de l'apaisement mardi 26 juin, suscitant de nombreuses critiques.

En visite au Vatican, le président français a rejoint l'Italie et le gouvernement de Giuseppe Conte, en critiquant le rôle des ONG en Méditerranée. Pour Emmanuel Macron, l'ONG allemande Lifeline "est intervenue en contravention de toutes les règles", en refusant de remettre aux garde-côtes libyens les 233 migrants secourus. "On ne peut pas accepter durablement cette situation car au nom de l'humanitaire cela veut dire qu'il n'y plus aucun contrôle. À la fin, on fait le jeu des passeurs. (...) C'est d'un cynisme terrible", a-t-il poursuivi. 

L'ONG a vivement réagi, et a souligné que "le seul ordre auquel le bateau a refusé d'obéir est celui de remettre ces personnes aux prétendus garde-côtes libyens, car cela aurait été en contravention avec la Convention de Genève sur les réfugiés et donc criminel".

À lire aussi
Emmanuel Macron et Alexandre Benalla en mars 2018 Élysée
Affaire Benalla : la communication catastrophique de Macron

"Hypocrisie de la politique migratoire française"

Les associations d'aide aux migrants sont montées au créneau à la suite de ces déclarations. Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde et Médecins sans Frontières ont demandé mercredi 27 juin à "être reçues collectivement" par le président français. 

"En prétendant que les ONG font le jeu des réseaux de trafiquants, le président de la République porte une atteinte inédite à l'action de la société civile", ont affirmé les 4 associations, qui se sont dites "consternées devant cette confusion de valeurs". Ces déclarations "marquent une étape supplémentaire dans le cynisme et l'hypocrisie de la politique migratoire française mais aussi européenne", ont-elles ajouté.


De son côté le directeur général de France terre d'asile (FTDA) Pierre Henry a déploré des propos "inappropriés, inopportuns et incongrus", car "l'Aquarius et le Lifeline obéissent simplement au droit maritime qui impose de sauver des vies de naufragés", ce qui "ne se discute pas".

La gestion de la crise de l'Aquarius par la France avait déjà été vivement critiquée. Ce bateau, dont l'équipage a porté secours à 630 migrants perdus en mer Méditerranée, est resté bloqué en mer une semaine durant suite au refus de l'Italie de l'accueillir. Le navire a finalement accosté en Espagne le 17 juin. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Migrants ONG
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793901972
Migrants : pour Emmanuel Macron, l'ONG Lifeline fait "le jeu des passeurs"
Migrants : pour Emmanuel Macron, l'ONG Lifeline fait "le jeu des passeurs"
Lors de sa visite au Vatican, le président français a rejoint certaines positions de l'Italie en critiquant le rôle des ONG en Méditerranée. Les associations d'aide aux migrants sont montées au créneau.
https://www.rtl.fr/actu/politique/migrants-pour-emmanuel-macron-l-ong-lifeline-fait-le-jeu-des-passeurs-7793901972
2018-06-28 09:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/noTdCPGymNLkxi1D-Y81EQ/330v220-2/online/image/2018/0628/7793904281_emmanuel-macron-lors-d-une-conference-de-presse-le-27-juin-2018.jpg