1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Masques gratuits : "les collectivités ont déjà fait un effort", estime Christophe Bouillon
1 min de lecture

Masques gratuits : "les collectivités ont déjà fait un effort", estime Christophe Bouillon

INVITÉ RTL - Christophe Bouillon, président de l'association des petites villes de France, souhaite le masque gratuit pour tous.

Un élève porte un masque à l'école (illustration)
Un élève porte un masque à l'école (illustration)
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Masques gratuits : "Les collectivités ont déjà fait un effort", estime Christophe Bouillon
02:31
Christelle Rebière - édité par Venantia Petillault

Quelques jours après que le gouvernement a imposé le port "systématique" du masque en salle de classe au collège et lycée, pour lutter contre la pandémie de Covid-19, les collectivités s'interrogent sur la gratuité du masque. Christophe Bouillon, président de l'association des petites villes de France souhaite le masque gratuit pour tous. 

"On s'installe vers une crise sanitaire durable. Les collectivités locales ont déjà fait un effort important en distribuant des masques à la population lors du déconfinement. Sauf que les communes ne peuvent pas faire indéfiniment cet effort financier. On voit qu'avec la rentrée, l'obligation du port du masque se répand partout donc il faut pouvoir accompagner les familles. Et cela représente une sacrée dépense", assure Christophe Bouillon.

Ce maire socialiste de Barentin, une commune de 13.000 habitants, a participé à cet effort financier lors du déconfinement : "le fait de distribuer à la population un masque lavable représentait une dépense de 40.000 euros. On ne peut pas faire ça plusieurs fois de suite. Les collectivités s'interrogent sur comment répondre à la demande".

Emmanuel Macron disait le 21 juillet : "l'État et le contribuable français n'ont pas vocation à payer des masques pour tout le monde, tout le temps, cela doit rester une politique sociale." Mais c'est un argument peu recevable pour Christophe Bouillon qui considère qu'"il y a une urgence sanitaire qui n'était pas prévue". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/