3 min de lecture Présidentielle 2022

Marine Le Pen et Marion Maréchal : deux stratégies pour une même mission

DÉCRYPTAGE - Selon Marion Maréchal, Marine Le Pen "ne peut pas gagner seule" l'élection présidentielle de 2022. L'ancienne députée a une nouvelle fois appelé le Rassemblement national à opérer l'union des droites.

Marine Le Pen et Marion Maréchal
Marine Le Pen et Marion Maréchal Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une rentrée médiatique et surtout politique. Marion Maréchal distille son analyse sur la stratégie à adopter au Rassemblement national pour l'élection présidentielle de 2022. L'ancienne députée du Vaucluse déplore que certains membres du parti soient "dans une croisade contre" elle, comme elle l'indiquait dans Le Parisien

Pendant l'été, plusieurs membres de la commission nationale d'investiture (CNI) du parti de Marine Le Pen ont été mis à l'écart de cette instance, dont beaucoup de proches des idées de Marion Maréchal, plus libérale sur le plan économique et plus conservatrice sur le plan des valeurs sociétales que l'ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2017. 

La présidente du Rassemblement national avait répondu à sa nièce, sur LCI. "Il n'y a ni croisade ni chapelle au Rassemblement national, elle est la bienvenue si elle souhaite faire de la politique", a insisté Marine Le Pen. 

L'union des droites prônée par Maréchal

Retirée de la vie politique depuis 2017 et n'étant plus adhérente au Rassemblement national, Marion Maréchal prend ainsi ses distances avec la stratégie insufflée par Marine Le Pen. Selon l'ancienne députée du Front national, le RN "est un parti politique indispensable à la victoire", mais il ne peut pas gagner seul. Le parti "n'est pas suffisant, il y a encore un effort de réflexion, d'ouverture, de travail sur les idées, de passerelles à construire", a-t-elle indiqué. 

À lire aussi
Xavier Bertrand le 20 février à Lille Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : "Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt", dit Bertrand

Marion Maréchal s'est aussi exprimée sur les chances de Marine Le Pen d'accéder au second tour de l'élection présidentielle. "Je n'exclus pas du tout que Marine Le Pen puisse gagner. Mais je pense qu'elle ne peut pas gagner seule", "sans coalition" et "sans ouverture" vers les déçus de LR, a-t-elle déclaré sur RMC et BFMTV. Contrairement à Marine Le Pen, la directrice considère que "les marges de manœuvre" électorales pour son ancien parti "se trouvent plutôt chez une partie des LR (...) et qu'il faut pouvoir assumer cette ouverture vers cet électorat". 

Elle suggère aux Républicains "qui ne sont pas en accord avec cette macrono-compatibilité de créer un espèce de mouvement" qui "se structure pour les présidentielles". La nièce de Marine Le Pen prône depuis plusieurs années une stratégie d'union des droites. En 2019, des proches de l'ancienne élue ont créé une association visant à "défendre l'union des droites en partant de la base". Anticipant les comparaisons avec la stratégie de Marine Le Pen, Marion Maréchal a insisté sur ce point : "Ce n'est pas parce que je ne suis plus au RN que je suis en guerre contre le RN, et que je suis de la famille Le Pen que je suis génétiquement liée au parti du RN". 

Migration des électeurs LR vers le RN, selon Le Pen

Candidate pour la troisième fois à l'élection présidentielle, Marine Le Pen a elle une stratégie différente. La présidente du Rassemblement national a, à plusieurs reprises, invité les membres des Républicains qui se reconnaissent dans ses propos à quitter le parti pour la rejoindre. Ce fut notamment le cas de Thierry Mariani. Mais la présidente du parti n'envisage pas pour autant l'union des droites.

"La stratégie de l’union des droites, c’est celle de Bellamy (tête de liste Les Républicains aux élections européennes de 2019, ndlr). Elle a été mesurée électoralement : c’est 8%. C’est-à-dire 5% de conservateurs, 3% d’anciens LR. Donc Bellamy, c’est une niche. Arithmétiquement, c’est une stratégie forcément perdante", expliquait le conseiller spécial et beau-frère de Marine Le Pen, Philippe Olivier dans Le Monde.

Cela n'empêche pas la présidente du Rassemblement national de tendre la main aux Républicains. Comme le rappelle le journal, Marine Le Pen expliquait lors de sa rentrée politique à Fréjus que "beaucoup d’électeurs de LR regardent depuis longtemps du côté du RN. Beaucoup de rapprochements ont eu lieu. Ce processus va être accéléré avec le macronisme de certains élus LR : Estrosi, Muselier expriment leur volonté d’un accord. LR est en train d’imploser, comme je l’avais dit. Cela va accélérer la migration d’une partie de ses électeurs vers le RN".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2022 Marine Le Pen Marion Maréchal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants