3 min de lecture Polémique

Macron se sent incompris des Français et veut réparer des "malentendus"

ÉDITO - Dans les colonnes de "L'Express", le chef de l'État se confesse dans une grande interview, consacrée notamment à quelques polémiques autour de certains de ses propos.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Macron se sent incompris des Français et veut réparer des "malentendus" Crédit Image : Thomas SAMSON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire édité par Jérémy Billault

Emmanuel Macron et les Français, une relation complexe. Dans une interview à l'Express dont RTL dévoile les grandes lignes en exclusivité, le président revient sur plusieurs polémiques, qu'il a d'ailleurs déclenchées lui-même, afin de réparer quelques malentendus.

Cette mise au point lui tient, semble-t-il, tellement à cœur, qu'il n'a pas souhaité reporter cet entretien accordé en fin de semaine dernière à la journaliste Laureline Dupont. Celle-ci l'avait sollicité il y a longtemps et, pour la petite histoire, le rendez-vous avait enfin été fixé à jeudi matin dernier. Mais dans la nuit, le président déclare les symptômes de la Covid-19 et il est testé positif.

Pourtant, après un moment d'hésitation, l'Élysée rappelle la journaliste : l'interview se fera finalement dans la soirée, par visioconférence, alors qu'Emmanuel Macron est arrivé à la résidence de la Lanterne. Et malgré la fatigue, il y consacre une heure et demie.

Emmanuel Macron, incompris des Français

Le président ressentait donc le besoin de s'expliquer, et longuement qui plus est. L'entretien est publié en deux parties, la première ce mercredi matin, la seconde jeudi. Au travers de ses réponses, on comprend qu'il se sent incompris des Français. Et, qu'il a du mal à l'admettre.

À lire aussi
décision de justice
"Gilets jaunes" : Jérôme Rodrigues relaxé d'injures envers des policiers

Par exemple, la polémique sur les Gaulois réfractaires au changement : à l'en croire, il s'incluait dans ce qualificatif, alors que beaucoup y ont vu une façon méprisante de parler de ses concitoyens.
 
Face aux critiques, voire à la violence qui est parfois dirigée contre lui, Emmanuel Macron ne se remet pas en cause, mais pense que c'est l'époque qui veut ça. Comprenez les réseaux sociaux, l'info en continu où l'on ne débat plus vraiment, mais où l'on commente en permanence. 

Il n'y a plus de hiérarchie, tout se vaut et être élu, c'est être, par principe, "frappé du sceau de l'illégitimité", selon ses propres termes. Pour résumer son propos, il juge que ce nivellement crée du scepticisme, qui lui-même nourrit le complotisme.

L'impact des "gilets jaunes"

 Mais cela ne l'exonère pas de toute responsabilité. Emmanuel Macron ne nourrit-il pas lui-même ce procès en illégitimité, quand il répond très directement à l'interpellation de personnes qui l'invectivent

On l'a vu pendant les manifestations de "gilets jaunes", ce qui ne grandit pas la fonction présidentielle, ou encore, quand il laisse planer l'ambiguïté avec les membres de la convention sur le climat sur le fait que leurs propositions seront reprises intégralement ou non. 

Même s'il n'en a pas l'intention, il contribue à délégitimer le Parlement, qui a pour fonction de discuter et voter des lois au nom du peuple qui l'a élu. Emmanuel Macron cite François Mitterrand sur l'Europe, mais son véritable mentor, c'est Jean-Pierre Chevènement. À l'en croire, la gauche républicaine de l'ancien ministre l'a façonné. 

L'important projet de loi visant à conforter les principes républicains

Coïncidence ou pas, Chevènement livrait la semaine dernière dans le Parisien un jugement bienveillant sur le président, à condition, disait-il, qu'il tienne sa promesse de reconquérir la souveraineté de la France comme si Emmanuel Macron était encore un jeune espoir alors qu'il est au pouvoir depuis trois ans.
  
Dans la première partie de cette interview, le chef de l'État s'attarde longuement sur le projet de loi visant à conforter les principes républicains, qui sera probablement "le" grand texte de la fin du quinquennat et sur lequel sa majorité est bien partie pour s'écharper.

Les tenants d'une stricte laïcité ont influencé la rédaction de ce texte. Emmanuel Macron, lui, tout en écartant le terme de discrimination positive, souligne que les origines étrangères d'une partie des Français  n'est pas assez reconnue et valorisée : on peut "être pleinement français et cultiver une autre appartenance". Toujours le "en même temps" macroniste.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Polémique Gilets jaunes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants