1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron positif au coronavirus : "Quand on édicte des règles absurdes, on s'expose", selon Domenach

Macron positif au coronavirus : "Quand on édicte des règles absurdes, on s'expose", selon Domenach

DÉBAT - Nicolas Domenach, éditorialiste à "Challenges", et Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du "Figaro Magazine", estiment tous deux que la situation obligera la présidence de la République à une certaine transparence.

Emmanuel Macron, le 4 décembre 2020
Emmanuel Macron, le 4 décembre 2020
Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP
Macron positif au coronavirus : "Quand on édicte des règles absurdes, on s'expose", selon Domenach
06:33
Macron positif au coronavirus : "Quand on édicte des règles absurdes, on s'expose", selon Domenach
06:33
Calvi-245x300
Yves Calvi
Animateur

L'annonce du test positif d'Emmanuel Macron, ce jeudi 17 décembre, a suscité un certain nombre d'interrogations, sur l'importance de cet évènement mais aussi sur le comportement du président de la République dans les jours qui ont précédé l'annonce de sa contamination
Pour Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, cette contamination démontre "plutôt" qu'Emmanuel Macron est un "président normal". Contrairement à Boris Johnson ou Donald Trump, qui s'étaient montrés peu méfiants dans leur gestion du virus, Emmanuel Macron est "plutôt raisonnable et grandement logé", selon le journaliste, "il n'y a pas de raison objective pour qu'il tombe malade. On se rend compte une fois de plus que le virus n'en fait qu'à sa tête". 

De son côté, Nicolas Domenach, éditorialiste pour l'hebdomadaire Challenges, constate néanmoins un "effet boomerang". "Quand on édicte des règles absurdes, on s'expose à un retour", estime-t-il, mettant en avant le dîner organisé, la veille de son résultat positif, par le chef de l'État avec plus d'une dizaine de convives, alors qu'une jauge maximale de six adultes à table est préconisée pour Noël.

Les deux intervenants considèrent toutefois que cette contamination pourrait entraîner la présidence de la République vers davantage de transparence, alors que, par le passé, les problèmes de santé de dirigeants comme Georges Pompidou ou François Mitterrand n'étaient pas communiqués. "Le mensonge a jusque ici régné, note Nicolas Domenach, on verra si la transparence proclamée sera appliquée".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/