3 min de lecture Économie

Macron en Chine : les accords signés lors de la visite du Président

À l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Chine, Paris et Pékin ont signé pour 13,6 milliards d'euros d'accords.

>
La liste des accords signés lors de la visite de Macron en Chine Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Noé Blouin et AFP

Emmanuel Macron n'aura pas fait le voyage pour rien. De retour de Chine, ce mercredi 6 novembre, le Président ramène dans ses valises une série d'accords entre Pékin et Paris, pour un montant total de 13,6 milliards d'euros. Une somme impressionnante, confirmée à l'AFP par des sources provenant des deux partis.

Des drones, au foie gras, en passant par le nucléaire et la confiture, les deux puissances ont établi des partenariats dans de nombreux secteurs. Parmi les principaux, on retrouve l'agroalimentaire, l’aéronautique et le domaine spatial, l’énergie, l'environnement et le commerce.

En marge des accords déjà paraphés, un "méga-contrat" en négociation depuis une dizaine d'années, devrait enfin être signé, avant le 31 janvier 2020. Ce dernier porte sur la construction d'une usine de recyclage du combustible nucléaire usagé en Chine, il est évalué à plus de 20 milliards d'euros, dont plus de la moitié pour le Français Orano (ex-Areva).

Retrouver ci-dessous, la liste des accords signés entre la Chine et la France pendant la visite officielle d'Emmanuel Macron :

Énergie et environnement

À lire aussi
Les taux de crédit immobilier au plus bas crédit immobilier
Crédit immobilier : 70% des nouveaux prêts sont supérieurs à 20 ans

Suez va créer plusieurs co-entreprises avec des partenaires chinois dans l'incinération de déchets dangereux pour un total compris entre 100 et 150 millions d'euros.

Les groupes industriels Engie et Beijing Entreprises Clean Energy vont coopérer pour des investissements dans les énergies nouvelles d'un montant de 1,3 milliard d'euros.

GTT, filiale d'Engie, doit installer un terminal et un stockage GNL dans l'agglomération de Tianjin, ainsi qu'une canalisation sur environ 230 km pour acheminer le gaz jusqu'à Pékin. Le projet, estimé à 1 milliard d'euros, "en cours d'examen" par le ministère chinois du Commerce, selon Paris.

Total va créer plusieurs co-entreprises avec différents partenaires chinois dans la production de batterie lithium-ion, la distribution de GNL et le solaire.

Agroalimentaire

Pékin et Paris vont coopérer en vue de la reconnaissance par la Chine du "zonage" dans la lutte contre la peste porcine africaine. Objectif: que la France puisse continuer à exporter du porc même si l'épizootie touche l'une de ses régions. Selon l’Élysée, "les deux chefs d’État s'accordent à considérer l'établissement d'une feuille de route à cette fin comme prioritaire".

La France obtient 20 agréments à l'exportation pour des entreprises des filières volaille, bœuf, porc et charcuterie. Les conditions du protocole sanitaire d'exportation de volailles vers la Chine sont étendues aux palmipèdes et au foie gras.

Andros, le producteur français de compote et de confiture, va ouvrir deux usines dans l'empire du Milieu, pour 35 millions d'euros.

Aéronautique et spatial

Colorful Guizhou Airlines, une compagnie aérienne chinoise, a commandé pour un milliard d'euros de moteurs d'avions Safran. D'autres contrats similaires de près de 3 milliards d'euros "sont en phase finale de négociation", selon l’Élysée.


Deux mémorandums ont été rédigés. Le premier vise à "favoriser les synergies" entre les entreprises des deux pays dans les avions, hélicoptères, drones et systèmes de contrôle aérien. Le second a pour but "d'approfondir la coopération industrielle" d'Airbus en Chine "dans les prochaines années". L'avionneur européen dispose déjà d'un site de production d'avions à Tianjin et d'hélicoptères à Qingdao.

Et puis la France contribuera à la mission spatiale chinoise Chang'e 6, qui doit ramener sur Terre des échantillons de sol lunaire à l'horizon 2023.

Commerce

L'hôtelier français Accor et le géant chinois du commerce électronique Alibaba se sont associés pour le déploiement du programme de fidélité d'Accor. Un contrat de 810 millions d'euros sur cinq ans.

Enfin, les produits du français Danone pourront désormais être commercialisés par la plateforme chinoise de vente en ligne CFTEC, pour 272 millions d'euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie France Chine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants