1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Macron : "Le 49.3 n'est pas une démonstration de force mais un aveu de faiblesse" dit le frondeur Christian Paul
2 min de lecture

Loi Macron : "Le 49.3 n'est pas une démonstration de force mais un aveu de faiblesse" dit le frondeur Christian Paul

REPLAY - Alors que l'exécutif y voit un moyen d'accélérer les choses et que l'opposition le qualifie de "passage en force", le frondeur Christian Paul estime que le recours au 49.3 est un "aveu de faiblesse".

Christian Paul, le 21 avril 2015 à l'Assemblée nationale
Christian Paul, le 21 avril 2015 à l'Assemblée nationale
Christian Paul dénonce une loi Macron "encore plus mauvaise" que la première
01:35
Vincent Derosier & Julien Quelen

Comme il l'avait fait lors de son passage en première lecture, le Premier ministre Manuel Valls va de nouveau dégainer le 49.3 ce mardi à l'Assemblée nationale et engager la responsabilité du gouvernement pour permettre l'adoption sans vote en deuxième lecture du projet de loi Macron. L'objectif est ainsi de court-circuiter les débats car avec un millier d'amendements déposés c'est l'option qu'a choisi l'exécutif pour ne pas perdre de temps.

Matignon refuse donc de parler de "passage en force" et justifie le 49.3 par une volonté d'accélérer le processus, après que François Hollande a donné son accord au Premier ministre mardi dernier. "On a une majorité, on le sait. On veut simplement aller vite", explique ainsi un conseiller de Manuel Valls. Entre l'Assemblée, le Sénat et les commissions, 437 heures ont déjà été consacrées au débat sur la loi Macron, alors l'exécutif a décidé de s'économiser 25 heures de débat supplémentaires. 

Ça affaiblit la majorité et je pense que ça affaiblit aussi le Premier ministre

Christian Paul

Pour le frondeur Christian Paul, qui s'attendait à cette réitération, la loi est encore plus mauvaise qu'en première lecture. "Le texte a été durci, en particulier avec le plafonnement des indemnités versées aux salariés en cas de licenciement abusif. Ça affaiblit la majorité et je pense que ça affaiblit aussi le Premier ministre. Ça n'est pas une démonstration de force, c'est plutôt un aveu de faiblesse", déclare-t-il ainsi à RTL. 

L'épisode de la loi Macron n'est pour autant pas terminé car le texte repart désormais au Sénat avant de revenir à l'Assemblée pour une troisième lecture où le 49.3 pourrait donc connaitre une saison 3. En tout état de cause l'Élysée et Matignon espèrent avoir tout bouclé avant le 23 juillet prochain. François Hollande rêve en effet de voir ouverts des petits commerces le dimanche dès le mois d'août. À noter que l'opposition a d'ores et déjà déclaré qu'elle déposerait une motion de censure

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/