1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les actualités de 12h30 - 1er mai : "On ira jusqu'au bout" assure une "gilet jaune"
2 min de lecture

Les actualités de 12h30 - 1er mai : "On ira jusqu'au bout" assure une "gilet jaune"

Des manifestations syndicales et de "gilets jaunes" sont prévues en France pour cette fête du travail qui risque une fois de plus d'être perturbée par des radicaux promettant une "journée d'Apocalypse". Plus de 7.000 forces de l'ordre sont mobilisées pour assurer la sécurité.

Le défilé parisien de ce 1er mai partira de la tour Montparnasse
Le défilé parisien de ce 1er mai partira de la tour Montparnasse
Crédit : Zakaria ABDELKAFI / AFP
1er mai sous tension : "On ira jusqu'au bout" assure une "gilet jaune"
16:08
1er mai sous tension : "On ira jusqu'au bout" assure une "gilet jaune"
16:09
Thomas Pierre & Anne Le Henaff & AFP

Des forces de l'ordre sont postées un peu partout dans la capitale et des blindés de la gendarmerie Place de l'Etoile. Le défilé syndical doit partir à 14h30 de la Gare Montparnasse, direction Place d'Italie. Plus de 7.000 forces de l'ordre sont mobilisées pour assurer la sécurité.

Des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux à transformer Paris en "capitale de l'émeute" et à un 1er mai "noir et jaune". Avant le défilé, les gens convergent en masse au pied de la Tour Montparnasse, dont de nombreux "gilets jaunes". "S'il faut retourner Paris, s'il faut tout déglinguer, s'il faut tout casser, (...) on ira jusqu'au bout, jusqu'à temps qu'(Emmanuel Macron) démissionne", assure cette quinquagénaire. 

"Malgré tout, on finit par adopter la violence, parce qu'ils nous font de la violence, que ce soit sociale ou autre", affirme une autre manifestante. "Il nous prend pour des quiches", s'emporte-t-elle. Mais il n'y a pas que "gilets jaunes" qui se préparent à défiler, il y a aussi des gens vêtus de noir, équipés de casque, de foulard et de lunettes. 

Les syndicats craignent que leur revendications ne soient pas audibles au milieu des violences. "Attention de ne pas dénaturer le sens de cette journée", a dit Philippe Martinez de la CGT. "C'est une journée de mobilisation et elle revêt toute son importance après les annonces d'Emmanuel Macron qui a dit 'Je vous ai compris, je ne change rien'".

À écouter également dans ce journal

À lire aussi

"Surnaturel" Un "fantôme" à l’hôpital de Dax, plus précisément en gériatrie. Des phénomènes inexpliqués et inquiétants s'étaient multipliés. Il a fallu deux mois d'enquête pour se rendre compte que le phénomène n'avait rien de "surnaturel".

Attentat de Nice - Près de trois ans après le 14 juillet 2016, qui avait fait 86 morts et 400 blessés, Christian Estrosi le maire et son premier adjoint, Philippe Pradal ont été entendus mardi 30 avril par la justice.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/