2 min de lecture Nice

Attentat de Nice : "Le 14 juillet 2017, la France était debout", lance Christian Estrosi

REPLAY - INVITÉ RTL - Après une journée intense d'hommage aux 86 victimes de l'attentat perpétré un an plus tôt, le maire de Nice Christian Estrosi se réjouit que le pays ait "montré au monde entier hier que là où la France a été frappée un 14 juillet 2016, la France le 14 juillet 2017, était debout".

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
L'invité RTL du week-end du 15 juillet 2017 Crédit Média : Philippe Robuchon | Durée : | Date :
La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon et La rédaction numérique de RTL

Nice était submergée par l'émotion, un an, jour pour jour, heure pour heure, après le drame. Ce vendredi 14 juillet, peu après 22h30, 86 ballons blancs se sont envolés dans le ciel niçois. "Je ne vous cache pas que mes yeux se seront humidifiés", confie le maire de la ville, Christian Estrosi, invité de RTL au lendemain d'une journée intense d'hommages et de recueillement. "Nous avons montré au monde entier hier que là où la France a été frappée un 14 juillet 2016, la France le 14 juillet 2017, était debout, à Paris, à Nice et autour de nous, dans chacune des 36.000 communes de France", se satisfait-il.
"C'était un an après, tout simplement, un tas d'images d'horreurs qui revenaient au fond de moi et en même temps peut-être une image de sérénité parce qu'hier soir, avec ces 86 ballons, c'est le moment où l'on se dit qu'il y a le deuil. Ces ballons illustrent et incarnent ces âmes qui nous demandent de veiller à ce que, dès ce matin, la vie reprenne le dessus", poursuit l'édile. 

Plus de feux d'artifice à Nice ?

Si la vie reprend le dessus, difficile pour autant d'imaginer de futurs feux d'artifice à Nice. "Hier soir les 86 faisceaux avaient quelque chose de magique, d'innovant, de nouveau et peut-être est-ce aussi le moyen d'apporter autre chose sans rappeler ce rendez-vous qui restera comme une tragédie dans la mémoire collective des Français et des Niçois", estime Christian Estrosi.

Au cours de cette journée de fête nationale, de nombreuses manifestations d'hommage ont eu lieu sur la Baie des Anges. Christian Estrosi retient de cette journée la pose de quelques 12.000 carreaux formant au sol la devise de la France, "liberté, égalité, fraternité", sur quelque 170 mètres, la rencontre œcuménique avec toutes les confessions représentées. "Y compris les bouddhistes qui se sont joints à nous pour montrer combien nous étions, pour ceux qui croient, dans cette unité et qui démontrent bien que la religion est là pour enseigner le bien contre le mal", souligne le maire de Nice. 

Christian Estrosi salue également la présence du chef de l'État, Emmanuel Macron, venu à Nice participer aux commémorations après avoir observé le défilé sur les Champs-Élysées dans la matinée. Au cours de ce défilé d'ailleurs, Paris et Nice ont été rapprochées malgré les quelque 900 kilomètres qui les séparent, lors d'un hommage de la garde républicaine qui a interprété l'hymne niçois, Nissa la Bella, tout en dessinant le nom de Nice sur la place de la Concorde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nice Christian Estrosi Attentat à Nice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants