1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législative 2022 : pourquoi ça coince entre Éric Zemmour et Marine Le Pen
2 min de lecture

Législative 2022 : pourquoi ça coince entre Éric Zemmour et Marine Le Pen

ÉCLAIRAGE - Si Marine Le Pen a fermé la porte à un ralliement avec Éric Zemmour en vue des législatives, le fondateur de Reconquête! multiplie les mains tendues.

Marine Le Pen et Éric Zemmour le 21 février 2022
Marine Le Pen et Éric Zemmour le 21 février 2022
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Lison Bourgeois & AFP

Éric Zemmour a été le quatrième homme de cette campagne en récoltant 7% des voix à l'élection présidentielle 2022. Si ce dernier a appelé à voter Marine Le Pen dès le lendemain du premier tour, l'alliance entre Reconquête! et le Rassemblement national n'est pas actée pour autant. "J'ai bien des désaccords avec elle, mais je ne me tromperai pas d'adversaire. C'est la raison pour laquelle j'appelle mes électeurs à voter Marine Le Pen", avait déclaré le candidat dimanche 10 avril.  

Le rapprochement entre Reconquête! et le Rassemblement national est aujourd'hui plus que jamais incertain. L'ancien candidat d'extrême droite se heurte au refus de sa rivale Marine Le Pen de conclure une alliance aux législatives. Marion Maréchal a déploré ce mardi 26 avril au micro de RTL des débats "de cour de récréation".

Des remarques qui n'ont pas été digérées

"C’est la huitième fois que la défaite frappe le nom de Le Pen". La phrase prononcée par Éric Zemmour à la suite des résultats du second tour de l'élection présidentielle semble encore retentir dans les camps du Rassemblement national. Cette sortie s'inscrit dans une longue série d’attaques du candidat contre la députée du Pas-de-Calais. 

Si Éric Zemmour n'a pas hésité à tacler la candidate du RN, l'ancien éditorialiste multiplie aujourd'hui les appels du pied en faveur d'une "union des droites". Pour Marine Le Pen, engager une discussion avec les "traitres" du RN qui ont rejoint Reconquête!, comme ils sont surnommés en interne, paraît difficile. 

À lire aussi

Le 22 mars, Marine Le Pen parlait d'un "aller sans retour" pour dénoncer la bascule des élus de son parti vers le nouveau mouvement Reconquête!. Soutenir Éric Zemmour, "c'est une voie sans issue, il vaut mieux proposer que vociférer", a souligné mercredi le porte-parole du RN Laurent Jacobelli, sur France Culture.

Éric Zemmour a indiqué mercredi que son parti ne présenterait "pas de candidat" face à Marine Le Pen, Eric Ciotti et Nicolas Dupont Aignan au nom de "l'union nationale"Mais cela n'a pas suffi à convaincre le Rassemblement national de faire un pas vers l'union.

Viser en priorité les européennes ?

L'un des cadres de Reconquête! a recommandé à Éric Zemmour de viser plutôt les européennes dans deux ans. Ce dernier, l'eurodéputé venu du RN Jérôme Rivière, pense qu'il "sera très difficile d'obtenir un accord" avec le RN aux législatives" car "Marine a peur d'être évincée et veut mener la bataille pour éviter les questionnements individuels". Et puis "il y a une question de gros sous" selon lui, alors que le RN est très endetté et compte sur une "meilleure dotation" grâce à des élus supplémentaires.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/