2 min de lecture Gilets jaunes

"Le Pen ne tend pas la main à Mélenchon, c’est plutôt le baiser qui tue", estime Alba Ventura

ÉDITO - Dans un entretien à "Valeurs Actuelles", la présidente du Rassemblement national estime que "les 'gilets jaunes' ont souligné certaines convergences" entre son parti et celui de Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Le Pen ne tend pas la main à Mélenchon, c'est plutôt le baiser qui tue", estime Alba Ventura Crédit Image : YANN COATSALIOU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

Ça se confirme. Marine Le Pen est la grande bénéficiaire de la crise des "gilets jaunes". Résultat du sondage Ifop pour Paris Match. Le 9 janvier, dans une interview à Valeurs Actuelles, la présidente du Rassemblement nationale s'est même payée le luxe d'expliquer qu'entre Jean-Luc Mélenchon et elle, il n'y a pas une si grande différence. 

Ça veut dire quoi ? Elle lui tend la main ? C'est la fameuse convergence ? Ah non, elle ne lui tend pas la main, c’est plutôt le baiser qui tue. Elle sait qu’elle a gagné la séquence... et que Jean-Luc Mélenchon l’a ratée

Marine le Pen a surfé sur le mouvement sans en rajouter, assez habilement. Tandis que Jean-Luc Mélenchon appelait avec outrance à "l’insurrection". Il a tenté de récupérer maladroitement les "gilets jaunes" qui y ont vu les arrières pensées politiques. Disons, que parmi les populistes, et les démago, la meilleure des deux a été Marine le Pen

À lire aussi
Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture le 24 février 2018 salon de l'agriculture
Les actualités du 18h - Salon de l'agriculture : quel dispositif de sécurité pour Macron ?

Un rapprochement entre le RN et FI ?

Et effectivement, c’est ce qu’on lit dans le sondage Ifop. Pour la première fois, c’est le Rassemblement national qui apparaît comme l’opposant principal à Emmanuel Macron, alors que depuis l’élection présidentielle, c’était le parti de Jean-Luc Mélenchon qui tenait ce rôle. Donc quand elle parle de "convergences" entre eux dans l’interview au magasine Valeurs Actuelles, elle dit à Mélenchon : "Je t’ai eu". 

Mais c'est une chose de faire la nique à un adversaire. C'est autre chose de dire que l'on se ressemblent. Est-ce que oui ou non, il y a un rapprochement ? Il y a une convergence dans leur opposition frontale au pouvoir. Il y a peu, Marine Le Pen s’était levée dans l’hémicycle de l’Assemblée pour applaudir un Mélenchon qui dénonçait une "justice politique" à la suite de sa perquisition.

Il y a des similitudes : leurs discours sur l’Europe est souvent proche. Je me souviens du débat sur les travailleurs détachés, ils étaient sur la même ligne. Tout comme ils l’étaient sur les traités de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Sur l’euro, ils ont fini par dire à peu près la même chose. Souvenez-vous pendant la campagne, ils étaient raccord sur la retraite à 60 ans, sur la renationalisation des autoroutes, sur le protectionnisme...

Quelles divergences ?

Après il y a des divergences, sur le nucléaire, sur le Smic, les bas salaires et bien sûr sur l’immigration. C’est d’ailleurs sur ce sujet qu’elle essaie de le piéger, en se faisant un malin plaisir d'expliquer que Jean-Luc Mélenchon est coincé par "ses gauchistes, ses communautaristes, ses indigénistes".

En fait, ce que fait Marine Le Pen, c’est qu’elle dit aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon : il n’ y a pas une grosse différence entre nous. Finalement, les deux extrêmes se touchent. Un peu comme en Italie où extrême-droite et extrême-gauche ont fini par s’allier. Mais où l’extrême-droite a pris nettement le dessus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Marine Le Pen Rassemblement national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796182585
"Le Pen ne tend pas la main à Mélenchon, c’est plutôt le baiser qui tue", estime Alba Ventura
"Le Pen ne tend pas la main à Mélenchon, c’est plutôt le baiser qui tue", estime Alba Ventura
ÉDITO - Dans un entretien à "Valeurs Actuelles", la présidente du Rassemblement national estime que "les 'gilets jaunes' ont souligné certaines convergences" entre son parti et celui de Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-pen-ne-tend-pas-la-main-a-melenchon-c-est-plutot-le-baiser-qui-tue-estime-alba-ventura-7796182585
2019-01-10 08:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8LHKMywUGGL1TrsqQQyb6A/330v220-2/online/image/2019/0104/7796125999_marine-le-pen-en-meeting-a-frejus-le-16-septembre-2018.jpg