2 min de lecture Politique

La circulaire Castaner, "une sombre manœuvre politicienne", estime Jacob

INVITÉ RTL - Le Conseil d'État a suspendu ce vendredi 31 janvier trois dispositions de la circulaire du ministre de l'Intérieur limitant l'attribution d'une nuance politique aux listes et candidats aux élections municipales. Une "belle victoire", estime le président des Républicains.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
La circulaire Castaner était "une sombre manœuvre politicienne", dit Christian Jacob Crédit Image : AFP / BERTRAND GUAY | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par Charles Deluermoz

La "circulaire Castaner" a été en partie suspendue ce vendredi 31 janvier. Une "belle victoire" a réagi Christian Jacob sur RTL. Pour le chef de file des Républicains, ce texte représentait "une sombre manœuvre politicienne visant à écarter 54 % des Français de l'analyse des résultats".

Le deuxième élément soulevé par le Conseil d'État, insiste le député, c'est "une atteinte à la sincérité du scrutin" par le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur. Il dénonce une volonté inédite de "détourner les résultats" : "De la part d'un Premier ministre et d'un ministre de l'Intérieur, je pense qu'on n'avait jamais vu une chose pareille".

"C'est vraiment choquant", insiste-t-il, et la réaction du Conseil d'État est une vraie satisfaction. "Camouflet" indiscutable pour les deux ministres, il poursuit : "Quand on refuse de prendre en compte plus de la moitié des votes exprimés par nos compatriotes, ce n'est pas rien (...) Pour les autres, on a créé cette nuance 'divers centre' qui permet à LaREM de s'approprier une très grande majorité des résultats".

À propos du choix de Christophe Castaner de modifier son texte, Christian Jacob se dit "heureux" qu'il prenne acte de la décision "sans ambiguïté" du Conseil d'État. "Maintenant je pense que le plus sérieux pour eux serait d'arrêter ce type de manœuvre", a-t-il estimé.

Il y a vraiment la volonté de ne pas prendre en compte l'expression des Français

Christian Jacob, président du parti Les Républicains
Partager la citation
À lire aussi
Malgré les mesures sanitaires, de nombreux élus ont contracté le Covid-19 après le premier tour des élections municipales (image d'illustration) épidémie
Coronavirus : "Le nombre d'élus municipaux touchés a explosé", dit Olivier Bost

Selon lui, à l'approche des élections municipales, "il y a objectivement un vent de panique mais il y a vraiment la volonté de maquiller les résultats et de ne pas prendre en compte l'expression des Français". Dans ce contexte, il considère qu'Édouard Philippe ne peut "pas faire autrement" que de présenter sa candidature à la mairie du Havre. "S'il refuse l'obstacle, il faut qu'il se mette au scrabble ou qu'il achète des romans policiers", ironise-t-il.

Concernant la réforme des retraites, il assure que son parti a "une ligne très claire". Ce qui est "inacceptable" et "représente un déni de démocratie de la part du Premier ministre, c'est de présenter cette réforme et de ne pas présenter le budget et son financement". Selon lui, ce budget de "300 milliards d'euros" représente "15 % du produit intérieur brut de la France".

Vigilant, il indique que "nous resterons sur notre ligne, avec nos propositions. Nous sommes les seuls à avoir fait un vrai contre-projet, nous le défendrons mais nous ne serons pas dans une logique d'obstruction pour l'obstruction".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants