2 min de lecture La France insoumise

Jean-Luc Mélenchon "s'auto-intronise et s'accorde l'absolution", observe Alain Duhamel

ÉDITO - Jean-Luc Mélenchon tente de tirer des leçons de l'échec de la France Insoumise aux élections européennes, mais il le fait à sa manière en se victimisant, persuadé que "tout vient des autres", explique Alain Duhamel.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Jean-Luc Mélenchon "s'auto-intronise et s'accorde l'absolution", observe Alain Duhamel Crédit Image : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel édité par Joanna Wadel

Devant l'assemblée représentative des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur les causes de l'échec de son mouvement aux élections européennes et sur son propre rôle. Il poursuit le combat, et repart même à l'attaque, ce qui n'allait pas du tout de soi. 

D'abord, à cause de son comportement. On sait bien que Jean-Luc Mélenchon est sujet à des sautes d'humeur, qu'il a un comportement mélancolique, qu'il prend mal les défaites et que quelques fois, il a la tentation de se retirer sous sa tente. D'autant plus qu'aujourd'hui, il ne fait plus seulement l'objet de critiques de ses adversaires, mais de critiques internes sur l'absence de démocratie chez les Insoumis, ses excès, ses outrances, son théâtre perpétuel. 

On pouvait imaginer qu'il prendrait des distances, mais il fait le contraire. Pour cela, le chef des Insoumis a trouvé une technique, dont il est coutumier et qui a déjà porté ses fruits : il se victimise. 

Il explique désormais que toutes les difficultés, tous les échecs, viennent des autres. Cela viendrait du duo Le Pen-Macron, de la situation économique, du talent de Marine Le Pen ou encore de l'absence de la gauche. Dans ces conditions, il s'auto-intronise. Jean-Luc Mélenchon se fait son propre confesseur, ce à quoi après, il s'accorde l'absolution. 

L'avenir est jonché d'obstacles pour les Insoumis

À lire aussi
Raquel Garrido,ex-porte-parole de la France insoumise élections municipales
Municipales 2020 : Raquel Garrido fait son grand retour en politique

Mais il faut rester lucide, les municipales qui approchent sont des élections redoutables pour la France Insoumise, mal implantée localement. Cette porte n'est donc même pas vraiment entrebâillée. Et tant que du Jean-Luc Mélenchon conservera son populisme de gauche, il est évident que l'union ne pourra pas aller très loin. Concernant le terrain social et économique qu'il tente d'explorer depuis deux ans, il a surtout bénéficié au Rassemblement national. Il continue donc d'espérer. 

L'ascension de l'écologiste Yannick Jadot est l'une des mauvaises nouvelles qui s'ajoute à celles qu'a subi le parti lors des Européennes ; son adversaire Marine Le Pen a fait quatre fois plus que lui, et les socialistes que Jean-Luc Mélenchon méprise, l'ont égalé voire dépassé avec Benoît Hamon, enfin, Emmanuel Macron contre lequel il est en guerre, résiste. 

Yannick Jadot profite-t-il de la mobilisation contre le réchauffement climatique ?

Par ailleurs, le candidat vainqueur des Verts est le premier du parti a avoir la stature, l'envergure professionnelle et méthodique, une première pour les écologistes en France. Une victoire qui pose néanmoins une question : est-ce qu'aujourd'hui les formes de contestation, de révolte, de mécontentement, voire de frustration ne sont pas dirigées vers le réchauffement climatique plutôt que le système économique en place ? 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Jean-Luc Mélenchon Élections européennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants