2 min de lecture La France insoumise

France insoumise : avec le retrait d'une de ses figures, le parti s'enfonce dans la crise

Un temps pressentie pour être la tête de liste du parti aux européennes et après avoir grandement participé au programme présidentiel de Jean-Luc Mélenchon, Charlotte Girard prend ses distances.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
France insoumise : avec le retrait d'une de ses figures, le parti s'enfonce dans la crise Crédit Image : NICOLAS MESSYASZ/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

La France insoumise traverse une zone de turbulences. Il y avait déjà les controverses sur la composition de sa liste de candidats pour les européennes, l’affaire des perquisitions et de l’enquête sur ses assistants parlementaires, et puis les sondages, de plus en plus moyens pour le parti de Jean-Luc Mélenchon.

Cette semaine, le mouvement a dû faire face à l’officialisation d’un nouveau retrait, et pas n’importe lequel. Comme l’a révélé le journal Le Point, c’est une femme appréciée des militants à LFI, une femme qui avait été un temps pressentie pour en être la tête de liste, Charlotte Girard, qui prend encore un peu plus le large. 

Après les européennes, elle ne sera plus coordinatrice du programme du mouvement, elle qui avait largement contribué à l’élaboration du programme présidentiel de Jean-Luc Mélenchon. Et elle a eu beau déplorer sur Facebook que la révélation de son retrait soit destinée à nuire au chef de file de la France insoumise, la nouvelle reste symptomatique d’une crise profonde, due à des désaccords sur le fonctionnement peu démocratique du mouvement et, peut-être plus grave : sur sa stratégie électorale.

La ligne "populiste" écartée

Un désaccord stratégique qui a définitivement été acté avec l’interview de Jean-Luc Mélenchon la semaine dernière à Libération. Un entretien dans lequel il a appelé, en vain pour le moment, au rassemblement des partis de gauche autour de son programme, "l’Avenir en commun", douchant définitivement ce qu’il pouvait rester d’espoir aux personnalités ou ex-personnalités du parti qui plaident en faveur d’une ligne "populiste" assumée.

À lire aussi
Un cheminot en grève (illustration) retraites
Grève contre la réforme des retraites : "Ça ne peut bénéficier qu'aux extrêmes", dit Duhamel

"Il fait un choix électoraliste, il veut remettre le curseur à gauche pour ne pas effrayer l’électeur socialiste, hamoniste ou écolo", estime par exemple son ex-conseiller Djordje Kuzmanovic, qui, au passage, juge les prises de position de la France insoumise sur l’UE confuses. "Je mets qui que ce soit au défi d’expliquer leur position sur les traités", ironise-t-il. Djordje Kuzmanovic qui a lancé fin mars son propre mouvement, "République souveraine".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Jean-Luc Mélenchon Élections européennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants