2 min de lecture Élections européennes

Européennes : Clémentine Autain dézingue la ligne politique de la France insoumise

Clémentine Autain n'y va pas par quatre chemins : elle évoque dans les colonnes de "l'Obs" une "défaite cinglante" et estime que son parti a trop privilégié le "recours au registre du ressentiment et du clash".

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Européennes : Clémentine Autain dénonce la ligne politique de la France insoumise Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

Après le sérieux revers électoral subi par la France Insoumise aux européennes avec 6,3% des voix seulement ce dimanche (rappelons que les Insoumis espéraient retrouver leur niveau des législatives, environ 11% des voix ), l’heure est aux règlement de comptes dans le camp de Jean-Luc Mélenchon. Et ce malgré les consignes du parti, qui dimanche soir demandaient aux troupes de ne pas verser dans "l’autocritique". 

La député de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain a fait le bilan dans un entretien paru dans l'Obs et n'hésite pas à parler de "défaite cinglante". Pour preuve, dit-elle, Jean-Luc Mélenchon n’a su mobiliser que 36% de ses électeurs de 2017. "Ce qui est en cause c’est la ligne politique de la FI", dit-elle. 

Plus que le fond, le mouvement aurait trop privilégié selon l'élue le "recours au registre du ressentiment et du clash" et se serait enferré dans "l’état d’esprit de polémique". Une allusion à peine voilée à l’épisode douloureux, pour beaucoup, dans les rangs mélenchonistes, des perquisitions houleuses au siège du parti au mois d'octobre dernier. 

LFI a trop joué la carte de la "haine"

Mais ce n’est pas tout. La députée regrette aussi le "rejet en bloc des élites", des médias, et une forme de "prise de distance à l’égard du monde intellectuel". Bref, la France insoumise a selon elle trop joué la carte de la "haine", pas suffisamment celle de "l’espérance". 

À lire aussi
Marion Maréchal, le 22 février 2018 Rassemblement national
RN : Marion Maréchal voit "une opportunité" dans "l'effondrement de LR"

Sur le fond, Clémentine Autain tente de couper court au débat sur la ligne du parti en proposant une troisième voie entre les tenants de la ligne "populiste" et ceux qui plaident pour une union de la gauche. "Je veux rassembler le peuple sur une base de gauche", explique-t-elle. La députée pointe aussi ambiguïté de Jean-Luc Mélenchon sur l’immigration. Elle lui reproche en creux d’avoir créé de la confusion dans son électorat "attaché au combat pour l’accueil des réfugiés".

Le parti trop isolé ?

L'élue francilienne regrette également l'isolement de la France insoumise. Alors que la fin de la campagne a été marquée par des tensions entre le mouvement et les autres partis de gauche, elle prend en quelque sorte au mot Jean-Luc Mélenchon qui en avril dernier, en pleine campagne, avait annoncé vouloir créer une "fédération populaire", c’était dans Libération

Cet objet politique pas encore tout à fait identifié est censé aller au-delà des seules formations politiques de gauche pour rassembler aussi des mouvements syndicaux et associatifs, et pas seulement dans la perspective de rendez-vous électoraux. Clémentine Autain appelle donc dans cet entretien à "briser les murs montés depuis deux ans", "à faire vivre le pluralisme". En commençant d’ailleurs par faire vivre la démocratie à l’intérieur du mouvement qu’elle qualifie de "rétracté".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes La France insoumise Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants