1 min de lecture Marine Le Pen

Islamisme : Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron de "connivence"

INVITÉE RTL - La présidente du Rassemblement national juge "mensongères" les mesures annoncées par Emmanuel Macron en matière de lutte contre le séparatisme islamiste.

micro generique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Marine Le Pen Crédit Image : SILVERE GERARD/AGENCE1827/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

"La posture d'Emmanuel Macron dans ce domaine est une imposture". C'est ainsi que Marine Le Pen juge les propositions du président de la République en matière de séparatisme islamiste. Des mesures "dérisoires et mensongères", selon la présidente du Rassemblement national, invitée du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI

D'après Marine Le Pen, Emmanuel Macron "aurait intérêt" à ne pas lutter contre le séparatisme islamiste "parce qu'il faut du courage pour s'attaquer à tout cela". La présidente du Rassemblement national s'en prend aussi aux prédécesseurs du chef de l'État, sans les nommer. "Ils ont tous parlé de cela, mais ils n'ont jamais rien fait sur ce sujet", dénonce-t-elle.

Y-a-t-il une forme de connivence de la part d'Emmanuel Macron ? "Oui, oui, mille fois oui", répond Marine Le Pen.

Fin des "imams détachés"

Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures contre les "influences étrangères" sur l'islam en France, allant des imams étrangers au financement des mosquées. Afin d'éviter des prêches non conformes aux lois de la République, la France cessera d'accueillir des "imams détachés" envoyés par d'autres pays, comme la Turquie et l'Algérie, en augmentant parallèlement le nombre d'imams formés en France. Ceux déjà en France termineront "leur période de présence", a précisé Emmanuel Macron. 

À lire aussi
Marine Le Pen, au siège du RN à Nanterre, le 28 juin 2020. élections municipales
Est-ce vraiment la fin du front républicain, comme l'affirme Marine Le Pen ?

Sera également mis fin à l'accueil des quelques 300 "psalmodieurs" reçus chaque année durant le ramadan. Le président a aussi annoncé un contrôle renforcé des financements étrangers des lieux de culte, pour pouvoir bloquer des projets suspects. "Nous devons savoir d'où vient l'argent, qui le touche et pour quoi faire", a-t-il lancé. 

Autre annonce, la disparition prochaine des ELCO (enseignements en langues et cultures étrangères, ndlr) qui offrent à 80.000 élèves des cours dispensés par des enseignants envoyés par d'autres pays, parfois non francophones et sans contrôle de l'Education nationale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marine Le Pen Rassemblement National Islamisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants