3 min de lecture Politique

Grand débat national : l'exécutif cherche une alternative à Chantal Jouanno

Mercredi 9 janvier, à l’issue du séminaire gouvernemental, Édouard Philippe a semblé officialiser le principe d’un collège de personnalités.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
Grand débat national : l'exécutif cherche une alternative à Chantal Jouanno Crédit Image : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Camille Schmitt

Légèrement pris de court par la mise en retrait de Chantal Jouanno, l’exécutif réfléchit à la composition d’un éventuel collège de personnalités pour superviser le débat. Et l’équation n’est pas simple pour le Premier ministre et le président de la République qui sont eux-mêmes à la manœuvre dans ce dossier. 

Il faut dire que le temps presse et qu’après le fiasco Jouanno, ils n’ont plus le droit à l’erreur. Mercredi 9 janvier, à l’issue du séminaire gouvernemental, Édouard Philippe a semblé en tout cas officialiser le principe d’un collège de personnalités. Plusieurs proches d’Emmanuel Macron avaient d’ailleurs beau jeu d’assurer en off qu’eux-mêmes plaidaient pour cette option "depuis le premier jour". 

Sans lâcher de noms, l’un des principaux conseillers du président a brossé le portrait-type des personnalités à rechercher selon lui : d’abord des gens - "un dosage d’ hommes et de femmes" - capables de se consacrer à ce débat à plein temps, "pas de personnalité en goguette". Ensuite, des gens cultivant une certaine indépendance vis-à-vis de l’exécutif et n’ayant pas de plan de carrière à court-terme, histoire d’éviter toute forme de suspicion. Enfin, des personnes disposant d’une expertise sur le plan du dialogue et de la construction de compromis.

À lire aussi
Emmanuel Macron le 15 janvier 2019 en Normandie lors du lancement du grand débat débat
DIRECT VIDÉO - Grand débat : deuxième round pour Emmanuel Macron à Souillac

Aucun contact n’a encore été pris

Parmi les noms qui circulent, ceux de Nicole Notat, par exemple, ancienne patronne de la CFDT, mais aussi ceux de Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil Constitutionnel, de Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, même s’il ne fait déjà pas l’unanimité. Ou encore de Pascal Canfin, l’ex-ministre et patron de WWF. 

La plupart de ces personnalités n’ont cependant pas été contactées à ce stade. D’ailleurs, une autre hypothèse était évoquée mercredi 9 janvier dans la matinée, une sorte de "plan B" consistant à réunir les présidents des 2 assemblées, Gérard Larcher et Richard Ferrand, avec celui du Conseil économique, social et environnemental, Patrick Bernasconi, qui "gamberge parmi d’autres à ce stade", selon l’un des intéressés. Ce n’est "pas sérieux", a lâché un proche d’Emmanuel Macron.

En réalité, tout peut bouger d’ici lundi 14 janvier. D’ailleurs, même le principe d’un collège de personnalités n’est pas gravé dans le marbre. Ni l’hypothèse d’une personnalité seule, ni celle d’une absence de personnalité ne peuvent être complètement écartées. "De toute façon, à la fin, c’est le président de la République qui doit piloter ce débat", tranchait l’un des touts proches d’Emmanuel Macron.

Gérard Larcher, Richard Ferrand et Patrick Bernasconi déjeunent lundi 14 janvier avec le Président de la République "pour aborder les rencontres avec les associations d’élus".

Les plus

François Fillon fait son retour à la télévision. Pour la première fois depuis sa débâcle électorale, il réapparaîtra sur nos écrans mardi 15 janvier sur France 2. Les cheveux un petit peu blanchis, l’ancien Premier ministre est l’un des intervenants dans un documentaire réalisé à l’occasion du 60ème anniversaire de la naissance de la Vème République. 

Nicolas Sarkozy, François Hollande, Valérie Giscard d’Estaing, Jean-Pierre Raffarin, Bruno Le Maire, entre autres, reviennent avec lui sur leur expérience du pouvoir tel qu’il a été conçu par le général De Gaulle. François Fillon évoque en particulier la singularité de sa relation avec Nicolas Sarkozy, et c’est assez savoureux. "J’ai dit un jour que j’étais à la tête d’un État en faillite. J’ai compris plus tard que ce qui avait posé problème, ce n’était pas le mot "faillite", mais l’expression "à la tête d’un État"". Voilà une analyse des rapports entre le Premier ministre et le président de la République, qui fait quelquefois écho dans le film à une certaine actualité brûlante. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Débat Chantal Jouanno
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796182503
Grand débat national : l'exécutif cherche une alternative à Chantal Jouanno
Grand débat national : l'exécutif cherche une alternative à Chantal Jouanno
Mercredi 9 janvier, à l’issue du séminaire gouvernemental, Édouard Philippe a semblé officialiser le principe d’un collège de personnalités.
https://www.rtl.fr/actu/politique/grand-debat-national-l-executif-cherche-une-alternative-a-chantal-jouanno-7796182503
2019-01-10 07:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/sWeOYmQthrQ5xw9DuPbe7A/330v220-2/online/image/2018/1206/7795829490_emmanuel-macron-et-edouard-philippe-le-11-novembre-2018.jpg