3 min de lecture Manifestations

"Gilets jaunes" : un sénateur avait prédit l'émergence du mouvement un an plus tôt

Une archive nous ramène un an en arrière, lorsque le sénateur Ronan Dantec mettait en garde le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur les limites de la fiscalité écologique.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
"Gilets jaunes" : un sénateur avait prédit l'émergence du mouvement un an plus tôt Crédit Image : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
104761573555224952563
Clémence Bauduin
Journaliste

Une archive pourrait donner quelques regrets au ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. Le contenu de la séquence - dénichée mercredi 21 novembre par nos confrères de la chaîne Public Sénat - est édifiant, au regard du mouvement de fronde auquel le gouvernement est confronté

C'était il y a tout juste un an, lors de l’examen du Budget de 2018 au Sénat. La hausse de la TICPE, la taxe carbone, venait d’être adoptée. La majorité Les Républicains de la chambre haute avait validé le taux proposé pour 2018, mais certains sénateurs s’inquiétaient tout de même de devoir le fixer aussi pour 2019. 

Le sénateur de droite, Jean-François Husson, prenait le micro dans l’hémicycle pour alerter Gérald Darmanin sur l’imprévisibilité des fluctuations de prix du pétrole. Il rappelait l’épisode regrettable de la suppression de l'écotaxe, avant de conclure : "nous ne voulons pas avoir un deuxième phénomène des bonnets rouges". Ronan Dantec, de gauche lui, était le deuxième sénateur à mettre en garde Gérald Darmanin, et il était manifestement encore plus inquiet. 

À lire aussi
Ingrid Levavasseur, une des figures du mouvement des "gilets jaunes" manifestations
VIDÉO - Insultée par des "gilets jaunes", Ingrid Levavasseur a été exfiltrée du cortège à Paris

Il faut dire que Ronan Dantec avait tout compris avant tout le monde. "Il serait désastreux - c’est l’écolo de service qui le dit - que l’on fasse apparaître la fiscalité écologique comme un moyen de rééquilibrer le budget de l’État. La nouvelle vache à lait de l’État c’est la tonne carbone", estimait-il alors. 

La réponse ironique de Darmanin

"Si vous ne réussissez pas à avoir un discours politique cohérent qui dit 'non, ça n’est pas ça', alors on va avoir dans les mois, les années qui viennent, une levée de boucliers massive contre cette mesure", prévoyait Ronan Dantec. Cela lui vaut aujourd'hui le surnom de Madame Irma auprès de nos confrères de Public Sénat. Il faut dire que le sénateur ajoutait ensuite que les Français "des territoires, des milieux périurbains, condamnés à la mobilité thermique, seraient les premiers touchés" - ce que constatent aujourd'hui tous les sociologues à qui nous posons la question.

"Je veux bien que vous nous parliez des nouveaux bonnets rouges et de la nouvelle jacquerie qui arriverait Monsieur Dantec, répondait ironiquement Gérald Darmanin, (…) mais la vérité c’est qu’on a dépensé en infrastructures dans la majorité précédente (…), très bien, mais on a supprimé la recette ! On a supprimé la recette ! Il n'y a plus d’écotaxe !", poursuivait le ministre face à cette double mise en garde, pourtant transpartisane.

Traduction : pour le gouvernement, la hausse devait servir à financer des investissements dans les transports. Au passage, Gérald Darmanin posait l’une des questions qui taraudent la majorité aujourd’hui : "la fiscalité écologique doit-elle nécessairement servir à la transformation écologique ou abonder le budget de l’État ?" Pour lui, la réponse était dans la question.

François Bayrou tacle Édouard Philippe

François Bayrou dégaine ce jeudi 22 novembre dans Le Figaro. Le principal allié du président de la République demande "plus de progressivité" dans la hausse des taxes sur les carburants et égratigne comme souvent le Premier ministre Édouard Philippe à qui il reproche sa trop grande fermeté. "Si on veut que la politique réussisse, il est impératif de ne pas être en rupture avec le pays, sinon tout se bloque".

Selon nos informations, Laurent Berger n’a eu aucun contact depuis cinq jours avec Emmanuel Macron, pas plus qu’avec Édouard Philippe. Dimanche 18 novembre soir, dans le 20 Heures de France 2, le Premier ministre avait brutalement fermé la porte au patron de la CFDT qui proposait, pour sortir de l’impasse, l’organisation d’une conférence qui réunirait partenaires sociaux, associations et gilets jaunes. Certains dans la majorité pressent le gouvernement de lui tendre la main.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Sénat Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795661544
"Gilets jaunes" : un sénateur avait prédit l'émergence du mouvement un an plus tôt
"Gilets jaunes" : un sénateur avait prédit l'émergence du mouvement un an plus tôt
Une archive nous ramène un an en arrière, lorsque le sénateur Ronan Dantec mettait en garde le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur les limites de la fiscalité écologique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-un-senateur-avait-predit-l-emergence-du-mouvement-un-an-plus-tot-7795661544
2018-11-22 08:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/C5aw2aGJO4GyWHfRLMD2aQ/330v220-2/online/image/2018/1122/7795661701_le-senateur-de-loire-atlantique-ronan-dantec-ici-en-fevrier-2017.jpg