2 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets Jaunes" : pourquoi Emmanuel Macron a décidé de "supprimer" la hausse des taxes

L'exécutif a tenté un geste fort mercredi soir, à trois jours d'une mobilisation à haut risque des "gilets jaunes", en renonçant "pour l'année 2019" aux augmentations de taxes sur les carburants.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
"Gilets Jaunes" : pourquoi l'Élysée a décidé de "supprimer" la hausse des taxes Crédit Image : Etienne LAURENT / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Félix Roudaut

Coup de tonnerre en provenance de l'Élysée, mercredi 5 décembre. Explicitant des propos tenus à la tribune de l’Assemblée nationale par le Premier ministre, le palais présidentiel annonçait "l’annulation" pure et simple de la taxe carbone "pour 2019". Une annonce qui est immédiatement apparue comme une volte-face de l’exécutif, à peine plus de 24 heures après l'annonce par Édouard Philippe de la suspension de la taxe pour une durée de six mois.

De fait, le chef de l'État corrigeait indirectement le locataire de Matignon. Comprenant que cette notion de moratoire était perçue par l'opinion comme une demi-mesure, Emmanuel Macron a considéré qu'il n'avait pas le droit de laisser entendre cela. Mais cette décision de l'Élysée pourrait être également motivée par une raison technique.

Suspension ou pas, les députés de la majorité allaient avoir à revoter en faveur de la taxe dans les jours qui viennent. En effet, le Sénat a supprimé cette taxe lors de son passage au Palais du Luxembourg. Or le texte revenant à l'Assemblée nationale, il aurait fallu la faire figurer sur le prochain projet de loi de finances.

À lire aussi
Un membre des "gilets jaunes" le 9 décembre 2018, près de Marseille. Gilets jaunes
"Gilets jaunes" : la violence est "inhérente" au mouvement, dit Éric Coquerel

"C’est une volonté d’aller au bout de la mesure"

Il faut croire que l’exécutif n’a pas voulu prendre le risque d’imposer un tel vote symbolique aux membres de la majorité parlementaire. Dès mercredi après-midi, le Premier ministre déclarait d'ailleurs à la tribune du Palais Bourbon : "Si nous ne trouvons pas les bonnes solutions, nous n’appliquerons pas cette taxe. Et c’est la raison pour laquelle le gouvernement ne proposera pas au Parlement de rétablir ces dispositions fiscales dans le projet de loi de finances."

Des déclarations d'Édouard Philippe qui font dire à Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement, qu'il n'y  aurait aucune différence de fond entre les déclarations de Matignon et l'Élysée. Mais en coulisses, l’entourage du chef de l’État reconnaissait volontiers qu’il s’agissait aussi d’une question de clarté du message, par rapport aux propos techniques du Premier ministre. "Le choix a été fait de ne pas revoter la taxe, en effet. C’est une volonté d’aller au bout de la mesure", disait un collaborateur d’Emmanuel Macron.

Aller au bout, rectifier le tir, reprendre la copie d’Édouard Philippe, imposer enfin ses vues à ce Premier ministre qui n’a jamais voulu d’un moratoire ? Voilà ce que laisse penser cet énième rebondissement. Si tant est que cette version des tergiversations, celle d’un Président favorable à la suppression de la taxe, mais contraint par un Premier ministre raide comme la justice, soit tout à fait vrai. Elle paraît étonnamment commode pour le Chef de l’État.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Emmanuel Macron Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795825984
"Gilets Jaunes" : pourquoi Emmanuel Macron a décidé de "supprimer" la hausse des taxes
"Gilets Jaunes" : pourquoi Emmanuel Macron a décidé de "supprimer" la hausse des taxes
L'exécutif a tenté un geste fort mercredi soir, à trois jours d'une mobilisation à haut risque des "gilets jaunes", en renonçant "pour l'année 2019" aux augmentations de taxes sur les carburants.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-pourquoi-emmanuel-macron-a-decide-de-supprimer-la-hausse-des-taxes-7795825984
2018-12-06 09:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/CxNyciRgUcbLseGb8pjk0g/330v220-2/online/image/2018/0918/7794828292_emmanuel-macron-et-edouard-philippe-aux-commemorations-de-la-fin-des-combats-en-europe-contre-l-allemagne-nazie-le-8-mai-2018.jpg