1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Gilets jaunes" : "On est en plein dialogue de sourds", estime Alba Ventura
2 min de lecture

"Gilets jaunes" : "On est en plein dialogue de sourds", estime Alba Ventura

ÉDITO - Édouard Philippe s'est exprimé hier à la télévision, après le week-end de mobilisation des "gilets jaunes". "Le cap que nous avons fixé, il est bon et nous allons le tenir", a-t-il affirmé.

Des "gilets jaunes" près de Bordeaux, le 18 novembre 2018
Des "gilets jaunes" près de Bordeaux, le 18 novembre 2018
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
"Gilets jaunes" : "On est en plein dialogue de sourds", estime Alba Ventura
02:59
"Gilets jaunes" : "On est en plein dialogue de sourds", estime Alba Ventura
02:59
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

Après un week-end de manifestations des "gilets jaunes", Édouard Philippe était, dimanche 18 novembre, l'invité du 20 heures de France 2. Le premier ministre a redit que le gouvernement "entendait la colère des Français" mais qu'il n'y aurait pas de "changement de cap". Rien de neuf.

On a d’un côté un gouvernement qui campe sur ses positions qui ne veut en aucun cas faire une politique de zig zag comme ses prédécesseurs qui dit être conscient du sentiment de déclassement vécu par une partie des Français. Même s’il a très largement sous-estimé ce mouvement des "gilets jaunes". 

De l’autre côté, justement les "gilets jaunes" qui ont plutôt réussi leur coup. Alors, on ne peut pas dire que numériquement ce soit un grand succès mais ce n’est pas un mouvement qui répond à un appel syndical avec lequel on ferait un comptage. C’est pour cela que c’est une réussite en terme de retentissement, même à seulement 300.000, leur mouvement a connu un large écho.

La partie visible de l’iceberg

À l’exception, il faut quand même le souligner, de ces manifestants qui de manière absurde appellent à la démission de Macron (la Vème République ça ne marche pas comme ça). Pire ceux qui ont tenus des propos homophobes ou racistes envers des automobilistes, sans compter ceux qui ont organisé les blocages de manière sauvage, ce qui a conduit à provoquer la mort d’une personne et fait plusieurs blessés graves.

À lire aussi

C’est un dialogue de sourd. Il faut comprendre que le gouvernement pari sur un essoufflement du mouvement. Il pari aussi sur le fait qu’une majorité de Français leur donnera raison au bout du compte. Sauf qu’en attendant, le vrai risque, c’est que les "gilets jaunes" ne soient que la partie visible de l’iceberg et que ce soit beaucoup plus profond en réalité.

Le retour du "ras-le-bol fiscal"

Le premier ministre a parlé hier soir de "ras-le-bol fiscal". On a déjà connu ça, le ras-le-bol fiscal, c’était sous François Hollande il y a 4 ans. Mais dans un autre genre c’est aussi, ce qui s’exprimait au moment des "bonnets rouges" en Bretagne. Si on doit remonter plus loin encore,  il y a quelque chose du mouvement poujadiste de la fin des années 50.

C’est-à-dire l’expression de cette classe moyenne "basse" qui a le sentiment d’avoir "moins", toujours moins et surtout de ne pas avoir de perspective. Cette partie de la population pour qui le consentement à l’impôt est entamé. Des Français qui se demandent ce qu’on fait avec leur argent, et qui ne savent pas s’il faut prendre au sérieux les objectifs de transition écologique.

On ne le dira jamais assez, la politique c’est du ressenti

Alba Ventura

Tous ces gens qui pensaient qu’avec Emmanuel Macron ce pouvait être différent et qui se disent qu’il a fait les deux erreurs de ses deux prédécesseurs : celle de Nicolas Sarkozy avec les riches et celle de François Hollande avec les impôts et les taxes. C’est ça que renvoie tous ceux qui aujourd’hui se sentent déclassés, au président et au gouvernement.

Tous ceux qui décrochaient et qui n’ont pas raccroché avec Emmanuel Macron. On ne le dira jamais assez, la politique c’est du ressenti, quand Emmanuel Macron fait le pari de la raison. C’est peu dire qu’on est en plein dialogue de sourds.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/