3 min de lecture Édouard Philippe

"Gilets jaunes" : grand bal des entretiens à Matignon ce lundi 3 décembre

Anne Hidalgo, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon... Édouard Philippe enchaîne une vingtaine d'entretiens de 45 minutes chacun, ce lundi 3 décembre, pour amorcer une sortie de crise après les violences du week-end.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : grand bal des entretiens à Matignon ce lundi 3 décembre Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Le défilé démarre à 8h30 et va s’enchaîner toute la journée à Matignon. Il se prolongera jusque tard dans la soirée. Le Premier ministre Édouard Philippe s'entretient ce lundi 3 décembre avec une vingtaine de représentants politiques. La liste des personnes conviées a été envoyée à minuit et on calait, la veille au soir encore, les horaires. Le premier rendez-vous avec la maire de Paris Anne Hidalgo permettra de faire un bilan des dégâts du week-end, puis les chefs de l’opposition se succéderont.

C’est la première fois, depuis le début du quinquennat, que les responsables de partis politique sont ainsi associés. La dernière fois qu’on les avait convoqués, c’était François Hollande, au lendemain du Bataclan et c’était à l’Élysée. Cette fois, Emmanuel Macron a demandé à son Premier ministre de s’en charger.

Édouard Philippe récupère donc la patate chaude et va devoir accueillir et écouter tranquillement les solutions de Marine Le Pen, les leçons de Jean-Luc Mélenchon, les conseils de Laurent Wauquiez... Tout cela en gardant le sourire. Un scénario - inenvisageable il y a quelques jours encore - à la limite du supplice. On notera au passage que si tous les chefs de parti seront là, il en manquera un, François Bayrou, le patron du MoDem, qui porte tellement Édouard Philippe dans son estime... qu’il a préféré rester à Pau.

Les initiatives se multiplient dans l'opposition

En tout cas, l’opposition n'a pas attendu d'être reçue pour se faire entendre, et si possible engranger des points. Il faut dire que celle-ci est tellement inaudible, depuis le début du quinquennat, qu'elle vit là son heure du gloire. "La période est grave, certes, mais on a quand même le droit de faire de la politique", m’expliquait il y a quelques jours un député influent.

À lire aussi
Édouard Philippe, le 26 février 2020. gouvernement
Coronavirus, bac 2020 et municipales : ce qu'il faut retenir de l'interview de Philippe

Du coup, les initiatives se multiplient. La gauche tout entière (insoumis, communistes et socialistes) envisage de s’unir pour déposer une motion de censure. En attendant, les socialistes vont détailler, tôt ce lundi 3 décembre, une proposition de loi pour stopper la hausse des taxes et réinstaurer l’ISF. Nicolas Dupont-Aignan fera la même chose ce mardi 4 décembre. 

Les Républicains, eux, travaillent carrément sur un référendum qu’ils veulent organiser. Techniquement, la Constitution le permet. Il leur faut pour cela 1/5 des parlementaires - cela est possible - et 4 millions et demi de signatures d’électeurs. Vu le mouvement d’adhésion en faveur des gilets jaunes, ils se disent que cette fois, c’est peut-être jouable.  

Castaner auditionné au Sénat mardi

Comme si cela ne suffisait pas, le Sénat - à droite, on le rappelle - va réclamer des comptes à Christophe Castaner. Le Ministre de l'Intérieur, dont plusieurs responsables politiques réclament la démission, est convoqué devant la Commission des lois de la chambre haute, mardi 4 décembre dans l'après-midi, pour faire la lumière sur les dégâts du weekend.

Les auditions seront menées par le sénateur Philippe Bas, celui-là même qui avait cuisiné Alexandre Benalla pendant 2 heures au mois de septembre. C'est après avoir découvert les images de l'Arc de Triomphe souillé qu'il a décidé d'appeler le ministre. Coup de téléphone dimanche 2 décembre au matin... Christophe Castaner n'a pas rechigné. L'audition se fera en public et sera retransmise à la télé.

Benalla : l'enquête parlementaire bientôt rendue ?

On reste au Sénat et avec Philippe Bas. Le rapport final de l'audition d'Alexandre Benalla est bientôt prêt, il y travaille. Chaque semaine, le président de la Commission des lois constitutionnelles du Sénat se réunit plusieurs heures avec ses collègues pour faire le point. Les conclusions de cette enquête parlementaire, qui s'annoncent désastreuses pour le fonctionnement de l'Élysée, pourraient être rendues d'ici la fin de l'année - au plus tard début d'année prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Édouard Philippe Gilets jaunes Matignon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants