2 min de lecture Assemblée nationale

Fin du plastique à usage unique : pourquoi faudra-t-il attendre 20 ans ?

ÉCLAIRAGE - Sur Twitter, la secrétaire d'État en charge de loi sur l'économie circulaire s'est félicitée du vote de l'interdiction des plastiques à usage unique d'ici 2040. Un délai qui fait bondir les associations et les internautes.

Brune Poirson à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2019
Brune Poirson à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2019 Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Objectif 2040 pour l'interdiction des plastiques à usage unique. L'Assemblée nationale a voté, lundi 9 décembre au soir, cette mesure dans le cadre du projet de loi sur l'économie circulaire, portée par Brune Poirson.

"Un signal très fort et concret", selon la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire. Brune Poirson a reçu le soutien d'Élisabeth Borne qui voit un engagement du pays à sortir d'une "société du tout jetable" et évoque un "impératif écologique".

Une vision plus nuancée sur les réseaux sociaux. En effet, l’incompréhension y règne quant au délai d'application de cette loi prévue pour dans 20 ans. Sur Twitter, Hugo Clément s'en est indigné. "Pour rappel, 250 kilos de plastique finissent dans les océans chaque seconde", écrit-il.

Le délai pour sortir de "60 ans du tout jetable" ?

Ce dispositif, porté par des députés La République En Marche, (s'il est définitivement adopté par le Parlement, ndlr) - a des objectifs successifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages plastique à usage unique seraient fixés tous les cinq ans, jusqu'à mettre fin à leur mise sur le marché en 2040.

À lire aussi
Annie Chapelier, députée du Gard qui a quitté LaREM tout en restant apparentée La République En Marche
Annie Chapelier, députée LaREM du Gard, quitte le parti jugé "hors sol"

Le ministère se défend de tout immobilisme et explique revenir sur "60 ans d'une société du tout jetable", avec un amendement qui concerne à la fois les ménages français et les industriels. Ce délai est nécessaire car "c'est un changement qui se veut radical mais pas brutal, souligne-t-on à RTL.fr dans l'entourage de Brune Poirson. On parle de tout le plastique que vous achetez au supermarché et qui se retrouve dans votre poubelle".

Cet amendement au projet de loi antigaspillage, examiné en première lecture, concerne tous les emballages alimentaires pour l'usage domestique et industriel. Par exemple, les bidons de lessive, les tubes de dentifrice, les bouteilles de liquide vaisselle, de shampoing mais aussi ceux qui contiennent du détergent. Pour les industriels, le plastique destiné à enrubanner les palettes de livraison (le fait de recouvrir de plastique les stocks de livraison, ndlr) sera interdit. 

Pas assez concret, selon Zéro Waste France

Contactée par RTL.fr, Laura Châtel, responsable emballages et plastiques au sein de l'association Zéro Waste France estime que cet amendement n'est pas assez concret. "Les amendements qui permettent de tenir l'objectif d'interdiction des plastiques à usage unique pour 2040 n'ont pas été votés en commission par la majorité", déplore-t-elle.

Un amendement visant à interdire le plastique à usage unique dans les administrations n'a ainsi pas été voté en commission. "Il est aussi nécessaire de fixer une trajectoire aux entreprises en mettant en place des quotas contraignants pour obliger les entreprises à réutiliser des emballages. S'ils ne sont pas respectés, des sanctions financières peuvent être envisagées". 

Un avis auquel s'oppose fermement Elipso, l'association professionnelle des fabricants d'emballages plastiques. Dans un communiqué, la présidente de l'association, Françoise Andres, dénonce une "interdiction surréaliste qui néglige les conséquences pour les 38.000 consommateurs du secteur de l'emballage plastique. Un tel bouleversement ne peut être pris à la va-vite".

En septembre, le Sénat s'était prononcé en faveur de l'interdiction du plastique à usage unique en 2040 avant de revenir sur son vote lors d'une seconde délibération. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Recyclage Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants