1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fêtes de fin d'année : "On n'a pas intérêt à se débrider", estime Martin Hirsch
2 min de lecture

Fêtes de fin d'année : "On n'a pas intérêt à se débrider", estime Martin Hirsch

INVITÉ RTL - Le directeur de l'AP-HP juge possible un nouveau confinement en janvier. "Est-ce que cette deuxième vague peut avoir une deuxième bosse? La réponse est oui", a-t-il déclaré.

Martin Hirsch le 20 décembre 2020
Martin Hirsch le 20 décembre 2020
Crédit : Crédit Nicolas Kovarik / Agence 1827 pour RTL
Le Grand Jury de Martin Hirsch
58:51
Benjamin Sportouch & Marie-Pierre Haddad

Une troisième vague après les fêtes de fin d'année ? Le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a estimé qu'"on n'a pas intérêt à se débrider" pendant la période des fêtes car "on n'est pas sorti de la deuxième vague" de l'épidémie de coronavirus en France

La situation est "encore maîtrisée" mais "on n'a pas intérêt à se débrider pendant la période qui vient", pendant "les prochains jours", a déclaré Martin Hirsch dans Le Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI dimanche 20 décembre.

Plaidant pour de la "modération" et du "bon sens", il a noté qu'"on peut avoir (...) des comportements qui permettent de voir ses proches sans se mettre en situation de se contaminer". "Il faut tous les jours le moins d'interactions sociales possibles. Tous les jours a-t-il insisté. Quand on a vu énormément de monde, il est plus dangereux de se retrouver quelques jours après sans masque, au milieu de proches, notamment quand ils sont fragiles". 

Est-ce que cette deuxième vague peut avoir une deuxième bosse ? La réponse est oui

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP

"Il faut faire attention avec le virus. Plus on est en proximité de gens fragiles, plus il faut avoir fait attention avant et plus il faut porter le masque. Et moins il faut rester longtemps avec le masque enlevé en proximité forte", a-t-il énuméré. Martin Hirsch a relevé qu'"on n'en est pas sorti de la deuxième vague". "Est-ce que cette deuxième vague peut avoir une deuxième bosse ? La réponse est oui" et la date de sa survenue "dépendra des régions", a-t-il considéré, en jugeant possible un nouveau confinement en janvier. 

À lire aussi

Citant les chiffres de contamination des personnels de l'AP-HP, le directeur général a indiqué qu'"en juin", après la première vague, il y avait "dix ou vingt" contaminations "par mois". Actuellement, "on est encore à 200 par semaine", ce qui "veut dire que le virus circule toujours à un niveau dans lequel il peut se rallumer rapidement", a-t-il mis en garde.  

Or, "la période de Noël, comme la période de rentrée de septembre", est une "période de perturbations", a-t-il ajouté. "Si on voit le virus recirculer dans les jours qui viennent", il sera "peut-être" nécessaire en janvier d'"avoir quinze jours" avec "beaucoup de télétravail", "un peu moins d'école ou de lycée", afin d'éviter "l'effet multiplicateur", a-t-il expliqué. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/