1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Non, l'hôpital de Garches n'a pas fermé pour empêcher le professeur Perronne de parler
2 min de lecture

Non, l'hôpital de Garches n'a pas fermé pour empêcher le professeur Perronne de parler

Ce médecin s'était fait connaître par des opposants aux mesures de lutte contre l'épidémie avec la publication d'un ouvrage critiquant la gestion du gouvernement et du conseil scientifique.

Des infirmiers dans un hôpital (illustration)
Des infirmiers dans un hôpital (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Non, l'hôpital de Garches n'a pas fermé pour empêcher le professeur Perronne de parler
03:10
Non, l'hôpital de Garches n'a pas fermé pour empêcher le professeur Perronne de parler
03:10
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Victor Goury-Laffont

Depuis le début de l’épidémie, le professeur Christian Perronne, chef du service infectieux de l’hôpital de Garches dans les Hauts-de-Seine, est un people de la conspiration. En juin dernier, il signe un pamphlet intitulé Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?, qui remet  en cause le gouvernement et le conseil scientifique dans la gestion de l’épidémie. 

Près de 70.000 exemplaires ont été vendus par ce professeur reconnu, soutien de l’hydroxychloroquine et caution médicale du documentaire Hold Up. Chez les anti-masques, les interrogateurs du vaccin, les sceptiques de l’efficacité du confinement, Christian Perronne est un Justin Bieber en blouse blanche.

C'est pourquoi une intox prétend que l’hôpital de Garches va fermer. Il s’agit d’un message partagé plus de 13.000 fois sur Facebook depuis le 11 décembre, où il est écrit : "Véran valide la fermeture de l’hôpital de Garches, combien va-t-il fermer d’hôpitaux pour museler ses opposants"? 

Après vérification, notamment par l’AFP qui a débusqué cette info, l’hôpital de Garches va bien fermer ses portes, mais pour transférer ses activités vers le site de l'hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), comme le précise la direction de l'AP-HP (Hôpitaux de Paris) dans un document daté d'avril 2018 et disponible sur le site internet de l'hôpital de Garches. Rien à voir avec Christian Perronne.

Une intox récurrente

À lire aussi

Cette fausse information revient régulièrement. On la trouve début décembre, fin novembre, puis mi-novembre dans des messages de différents internautes qui défendent le professeur Perronne malgré ses déclarations polémiques et erronées.

Tout part en réalité d’une discussion au Sénat. Le 5 novembre dernier, le sénateur communiste Pierre Ouzoulias s’émeut de ce déménagement des activités hospitalières de Garches. Immédiatement, ceux qui dénoncent les mesures sanitaires font le lien avec le lieu où travaille Christian Perronne et diffusent la vidéo du sénateur pour crier à une action contre le professeur. 

Parmi ceux qui relayent ses fausses informations, le sénateur Les Républicains Alain Houpert, qui dans un tweet, écrit : "le professeur Christian Perronne gène, on ferme son hôpital". Il ne s’agit en réalité même pas d’une décision d’Olivier Véran, puisque l’annonce de ce déménagement date de 2017 et a été confirmée par l’AP-HP en 2019. 

Une paranoïa chez ses supporters

Ces fausses informations se rapprochent parfois de la paranoïa. L’ordre des médecins qui demande des comptes à Didier Raoult ? C’est un complot politique des mêmes qui veulent faire taire Christian Perronne ou Jean Bernard Fourtillan, professeur de chimie et pharmacien qui accuse l’Institut Pasteur d’avoir créé le virus. 

Le 7 décembre, il est admis à l’hôpital psychiatrique d’Uzès. Ses partisans dénoncent un internement arbitraire d’un anti vaccin, preuve de la dictature sanitaire selon eux. La direction de l’hôpital a répondu à plusieurs médias, en disant que Fourtillan avait accepté son hospitalisation, et demande donc d'arrêter d'être harcelée téléphoniquement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/