2 min de lecture Violences conjugales

Féminicides : l'Assemblée vote un texte pour inciter les dons aux associations

L'Assemblée nationale a voté une exonération d'impôts plus élevée pour les dons destinés aux associations de lutte contre les "violences domestiques".

L'Assemblée nationale.
L'Assemblée nationale. Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy
et AFP

Depuis le 1er janvier, 134 femmes sont mortes tuées par leur conjoint ou leur ex. Face à la hausse des féminicides, l'Assemblée nationale a voté jeudi 14 novembre à l'unanimité un texte visant à encourager les dons aux associations de lutte contre les "violences domestiques" : ceux-ci seront davantage exonérés d'impôts.

Lors de la première lecture du projet de budget 2020, le député Modem Erwan Balanant, membre de la délégation aux Droits des femmes, a fait adopter un amendement prévoyant que la réduction d'impôts passe de 66% à 75% durant une période d'expérimentation de deux ans.

Tout en reconnaissant le caractère "symbolique" de la mesure, l'élu du Finistère a défendu une marque de soutien au monde associatif, qui fait un "travail extrêmement important d'alerte et de soutien aux victimes" de violences conjugales.

Et le budget de Marlène Schiappa ?

Évoquant un "sujet gravissime de société", le rapporteur général Joël Giraud (LaREM) a cependant souligné que la solution n'était "pas un outil fiscal". La "marcheuse" Anne-Laure Cattelot a aussi considéré plus "approprié" d'augmenter les crédits du secrétariat d'État à l'Égalité Femmes-Hommes de Marlène Schiappa, dont le budget est vivement critiqué pour le manque de moyens alloués à la lutte contre les féminicides.

À lire aussi
Édouard Philippe à côté de Marlène Schiappa lors d'une conférence de presse le 25 novembre 2019. politique
Égalité femmes-hommes : le budget de Marlène Schiappa contredit par le Sénat

Tout en soutenant l'amendement, Fabien Roussel (PCF) l'a jugé "tellement loin des moyens qu'il faudrait mettre en oeuvre pour répondre et protéger les femmes qui subissent des violences". D'abord défavorable, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin s'est ensuite prononcé pour la mesure, face au large soutien des groupes politiques, de la gauche à la droite.

Le 25 novembre (journée pour l'élimination des violences faites aux femmes), le gouvernement doit dévoiler à l'issue du Grenelle des violences conjugales, ses propositions concrètes sur le sujet. En 2018, 121 femmes ont été tuées dans le cadre de violences conjugales, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Homicide Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants