2 min de lecture Société

"Meurtres conjugaux" : pourquoi devrions-nous parler de "féminicides" ?

ÉCLAIRAGE - Après deux ans d'enquête, le quotidien "Libération" a recensé plus de 200 femmes tuées par leurs compagnons ou leurs ex en France.

Une femme allongée sur la place de la République à Paris, le 29 septembre 2018, pour dénoncer les violences faites aux femmes
Une femme allongée sur la place de la République à Paris, le 29 septembre 2018, pour dénoncer les violences faites aux femmes Crédit : Zakaria ABDELKAFI / AFP
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon". Cette phrase, il faudrait la "rayer de nos formules toutes faites", selon la journaliste Titiou Lecoq, qui signe un article sur les meurtres conjugaux après deux ans d'enquête pour Libération. "Ces femmes ne meurent pas sous les coups. Elles sont tuées. Parfois elles sont battues à mort, mais pas toujours", complète-t-elle dans ce contre-rendu glaçant de l'étendue du phénomène des féminicides en France.

Si Titiou Lecoq n'emploie pas le terme dans son article, elle en donne quand même en substances une définition, en se basant sur le point commun dans toutes ces histoires très différentes : "ce sont des hommes qui tuent des femmes parce qu’ils considèrent qu’elles doivent leur appartenir. Qu’elles n’ont pas le droit de partir, de tromper, de refuser, de crier, de reprocher, de faire la gueule, d’agir comme bon leur semble", écrit la journaliste avant d'ajouter : "Ils ne tuent jamais par amour. Ils ne tuent pas parce qu’ils aiment trop. Ils tuent pour posséder, et posséder ce n’est pas et ce ne sera jamais aimer".

"Ce sont des assassinats systémiques dont l'origine se trouve au cœur de notre société, dans l'éducation patriarcale qui est donnée aux hommes et qui les autorise à posséder femmes et enfants, à disposer de leurs vies", estime de son côté le collectif Féminicides par compagnons ou ex dont la page Facebook recense les féminicides en France, déclarés dans les médias publiés sur Internet. 

À lire aussi
Ce dispositif électronique est destiné à maintenir à distance de sa victime un conjoint violent. femmes battues
Violences conjugales : les interventions ont doublé grâce aux téléphones d'urgence

Un féminicide est le meurtre d'une femme parce qu'elle est une femme

Diana Russell
Partager la citation

Dans son livre entièrement dédié au féminicide (Feminicide, The Politics of Woman Killing), Diana Russell donne en 1992 une définition à ce terme inventé dans les années 70 par Carol Orlock et inscrit dans Le Robert en 2015 : le "meurtre d'une femme parce qu'elle est une femme". Pour Diana Russell, nommer le "féminicide" permettrait de démontrer le caractère misogyne de certains meurtres de femmes et de filles. 

Si Titiou Lecoq s'en tient aux crimes et tentatives de crimes commis en France, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) caractérise de son côté le féminicide selon quatre types : l'intime (commis par un partenaire ou ex), le non intime (qui peut être commis au hasard), le crime d'honneur (lorsqu'un membre de la famille tue une femme ou une fille pour avoir commis une transgression sexuelle ou comportementale), lié à une dot (par la famille de la future mariée si le poids de la dot est jugé trop important ou par sa belle famille si la dot n'a pas été suffisante).

Pour une reconnaissance des féminicides en France

En 2017, 109 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex, selon les données dévoilées par le ministère de l'Intérieur. "Tous les trois jours, en France, un homme parvient à tuer sa compagne ou ex-compagne", résume Titiou Lecoq dans son article. "Malgré les plaintes qu’elles ont déposées, malgré les dispositifs d’aide, malgré les précautions de l’entourage". 

En France, les meurtres de femmes ne sont pas caractérisés dans notre Code pénal, à la différence de plusieurs pays d'Amérique latine (Pérou, Brésil ou Mexique) et d'Europe (Espagne, Italie). Les associations de défense des droits des femmes telles que Osez le féminisme militent pour cette reconnaissance. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796114040
"Meurtres conjugaux" : pourquoi devrions-nous parler de "féminicides" ?
"Meurtres conjugaux" : pourquoi devrions-nous parler de "féminicides" ?
ÉCLAIRAGE - Après deux ans d'enquête, le quotidien "Libération" a recensé plus de 200 femmes tuées par leurs compagnons ou leurs ex en France.
https://www.rtl.fr/girls/identites/meurtres-conjugaux-pourquoi-devrions-nous-parler-de-feminicides-7796114040
2019-01-03 12:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/A33ruCOTGy0YniwsoP9GLQ/330v220-2/online/image/2019/0103/7796114062_une-femme-allongee-sur-la-place-de-la-republique-a-paris-le-29-septembre-2018-pour-denoncer-les-violences-faites-aux-femmes.jpg