1 min de lecture Violences conjugales

Féminicides : 147 femmes en danger ont été mises à l'abri en 2018

Selon des chiffres révélés ce mercredi par la Fédération nationale Solidarité femmes, 147 femmes victimes de violences conjugales ont été "éloignées géographiquement" de leur domicile en 2018.

Les femmes victimes de violence conjugale. Photo illustration DR
Les femmes victimes de violence conjugale. Photo illustration DR
Charles Deluermoz et AFP

Elles ont sûrement échappé au pire. L'an dernier, 147 femmes victimes de violences ont été "mises à l'abri" dans un hébergement d'urgence car elles présentaient un très grave danger d'être tuées par leur conjoint, selon un bilan communiqué ce mercredi par la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF).

Ces femmes ont été "éloignées géographiquement" et relogées dans un autre département en compagnie de 236 enfants. Elles représentent les cas les plus graves et les plus urgents pris en charge par la FNSF, qui gère le numéro d'appel 3919. "Chaque année, nous hébergeons environ 5.000 femmes et enfants dans notre réseau, mais toutes ne courent pas un risque élevé d'être tuées, heureusement", a précisé Françoise Brié, la directrice générale de la FNSF.

Dans tous les cas de violences, il faut proposer une aide pour que "les situations de grave danger n'arrivent pas", souligne-t-elle. Et dans les cas les plus inquiétants, "on a des protocoles de gestion des risques, on ne donne pas les adresses où les femmes sont hébergées, et elles doivent changer de téléphone, au cas où l'homme aurait mis un logiciel espion sur leur téléphone", détaille Françoise Brié.

8 sur 10 étaient menacées de mort

Sur les 147 femmes considérées comme présentant un "risque élevé" d'être tuées, près de 80 % avaient été menacées de mort et 94 % avaient déclaré des "violences physiques graves", dont 22% des tentatives de meurtre, selon le bilan de la FNSF. Dans 20 % des cas, les agresseurs avaient déjà été condamnés pour violences conjugales. "La plupart d'entre eux ne respectent pas les mesures d'éloignement ou les interdictions de contact", indique la fédération.

À lire aussi
L'Hôtel de police de Caen (Calvados). Normandie
Caen : un homme avoue un féminicide après s'être rendu à la police

Le gouvernement doit présenter le 25 novembre les conclusions très attendues du "Grenelle" qu'il a lancé début septembre pour lutter contre les violences conjugales et les féminicides. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Société Femmes battues
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants