2 min de lecture Gérald Darmanin

Évacuation de migrants : "Je renouvelle ma confiance au préfet de police", dit Darmanin

Le ministre de l'Intérieur, qui a dénoncé "des gestes totalement inacceptables" de la part de "quelques policiers", a réitéré sa "confiance au préfet de police", Didier Lallement.

Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

Deux jours après l'évacuation musclée et très controversée d'un campement de migrants sur la place de la République à Paris, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a réitéré son soutien à Didier Lallement, préfet de police de Paris. 

"Je renouvelle ma confiance au préfet de police", a assuré le ministre ce mercredi 25 novembre sur France 2. Ces mots font suite à la controverse provoquée par une évacuation survenue lundi 23 novembre sur la place de la République, où plusieurs centaines de migrants avaient dressé leurs tentes. Des images de violences de la part des forces de l'ordre ont été massivement partagées sur les réseaux sociaux, créant ainsi une vive polémique. 

Après avoir reçu "un rapport circonstancié" du préfet Lallement sur l'opération, Gérald Darmanin a demandé dès le lendemain de l'évacuation à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), de lui remettre les conclusions de son enquête sur les violences constatées, et ce "sous 48H00".

Si c'est vérifié, je prendrai des sanctions

Gérald Darmanin - Ministre de l'Intérieur
Partager la citation

Le ministre de l'Intérieur a une nouvelle fois dénoncé "des gestes totalement inacceptables" de la part de "quelques policiers". "Si c'est vérifié, je prendrai des sanctions", a-t-il affirmé. "Mais je ne vais pas condamner l'intégralité des policiers et des gendarmes qui sont intervenus sur cette place ainsi que le préfet de police pour les faits de quelques-uns", a-t-il toutefois nuancé. 

À lire aussi
islam
Islam : le CFCM signe un texte affirmant la "compatibilité" de la foi avec la République

"Ceux qui déconnent seront sanctionnés, mais je me refuse de sanctionner l'intégralité des policiers", a martelé le ministre. Mardi 24 novembre, deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Paris. L'une concerne un croche-pied fait par un policier à un migrant, la seconde porte sur des coups assénés par un policier sur Rémy Buisine, un journaliste du média Brut. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gérald Darmanin Migrants GIGN
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants