2 min de lecture IGPN

Évacuation de migrants à Paris : l'IGPN saisie, les conclusions attendues dans 48 heures

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que la police des police a été saisie après l'évacuation controversée d'un camp de migrants à Paris dans la soirée du 23 novembre.

Un policier lors de l'évacuation d'un camp de migrants place de la République à Paris, le 23 novembre 2020
Un policier lors de l'évacuation d'un camp de migrants place de la République à Paris, le 23 novembre 2020 Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

L'IGPN a été saisie après la violente évacuation d'un camp de migrants lundi 23 novembre place de la République à Paris et ses conclusions sont attendues sous 48 heures a annoncé ce mardi le ministre de l'Intérieur. 

Deux policiers de Seine-Saint-Denis sont dans le viseur de l'IGPN après la violente évacuation de centaines de migrants place de la République lundi soir, assure une source proche du dossier à RTL. Le premier est commissaire divisionnaire au sein du service de nuit du 93, il est poursuivi pour un croche pied infligé à l'un des migrants

Le second est un jeune policier de la BAC nuit 93, il est soupçonné d'avoir maintenu au sol le journaliste Rémy Buisine qui couvrait l'opération policière. Les deux agents sont entendus dans les locaux de l'IGPN, sous le coup d'enquêtes pénales et administratives. Les conclusions de la police des polices seront remises ce jeudi midi au préfet Didier Lallement. 

Après l'évacuation d'un important camp d'exilés la semaine dernière en Seine-Saint-Denis, plusieurs centaines de migrants ont monté un nouveau campement dans le centre de Paris. Les forces de l'ordre sont intervenues dans la soirée de lundi sans ménagement, faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

À lire aussi
Côtes d'Armor
Côtes-d'Armor : disparition inquiétante d'une trentenaire, un appel à témoins lancé

Le soir même, Gérald Darmanin s'était ému sur Twitter "d'images choquantes" de ce démantèlement. Il avait également réclamé "un rapport circonstancié au préfet de police de Paris" sur "plusieurs faits inacceptables".

De nombreuses vidéos témoignant des violences lors de ce démantèlement ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Sur les images, des migrants sont sortis de force de leur tente, des coups de matraque leur sont infligés et des journalistes sont malmenés.

Cette évacuation controversée intervient alors que les députés doivent voter le texte "Sécurité globale" à l'Assemble nationale ce mardi. Une des dispositions de cette proposition de loi prévoit des sanctions en cas de diffusion d'images de policiers les mettant en danger. Une mesure vivement critiquée par la presse et l'opposition, notamment de gauche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
IGPN Migrants Gérald Darmanin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants