2 min de lecture Élections européennes

Européennes : les soutiens surprenants de dernière minute se multiplient

Dans la dernière ligne droite avant l’élection, les partis rivalisent d’annonces de soutiens. Souvent des seconds couteaux pour ne pas dire des inconnus, mais ces ralliements sont parfois lourds de sens.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Européennes : les soutiens surprenants de dernière minute affluent Crédit Image : APERCU/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

À 10 jours des élections européennes, les différents partis engagés rivalisent de soutiens de dernière minute. Le Rassemblement national a par exemple enregistré, mardi 14 mai, le soutien surprise d’un conseiller régional de Rhône-Alpes Auvergne, venu des rangs de la France insoumise.

Son nom était jusqu'alors quasi inconnu, mais pour le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, le coup est rude, puisqu'Andréa Kotarac accrédite l’idée qu’il existe des ponts entre LFI et le parti de Marine Le Pen. Et retourne au passage contre sa famille politique sa stratégie de début de campagne de faire de cette élection un référendum anti-macron. Il estime en effet que seule la liste emmenée par Jordan Bardella pourrait peser face aux macronistes. 

Mauvaise nouvelle aussi la semaine dernière pour LaREM avec plusieurs élus locaux de droite considérés comme "macron-compatibles" jusque-là et qui sont rentrés au bercail en annonçant officiellement qu’ils voteraient pour la liste des Républicains emmenée par François-Xavier Bellamy. Et qu'importe si ces revirements s'expliquent essentiellement par la situation locale de ces élus. Parmi eux, on compte le maire de Nice, Christian Estrosi, mais aussi Arnaud Robinet, celui de Reims.

La liste de Nathalie Loiseau a malgré tout enregistré quelques soutiens. Dernier en date, celui de l’ancien député socialiste Razzy Hammadi, de la députée européenne LR sortante, Françoise Grossetête, et enfin de l’ancienne ministre de la Justice, Élisabeth Guigou.

Brossat soutenu par l'ex bras-droit de Montebourg

À lire aussi
Marion Maréchal, le 22 février 2018 Rassemblement national
RN : Marion Maréchal voit "une opportunité" dans "l'effondrement de LR"

Enfin et c'est une information RTL, la tête de liste communiste Ian Brossat va annoncer un soutien inattendu ce jeudi 16 mai au gymnase Japy à Paris. Celui d’un proche d’Arnaud Montebourg : député de 2012 à 2017, Patrice Prat faisait partie des frondeurs à l’Assemblée nationale. Il a quitté le Parti socialiste en 2017. 

Dans une vidéo qui sera diffusée au cours de la réunion publique, il dira : "Je me retrouve dans bien de vos combats et prises de position récentes, si ma famille de pensée est d’abord socialiste, dans cette élection, ma famille de cœur sera communiste". Vous l'avez compris, il ne prend pas sa carte au parti mais considère que Ian Brossat est "honnête et courageux", fait "une belle campagne", et "apporte de la fraîcheur à gauche". 

Ian Brossat dont la bonne campagne fait décidément beaucoup parler au Parti socialiste, bien qu’il ne décolle pas dans les sondages. François Hollande lui-même a confié récemment qu’il trouvait que sa campagne était la meilleure à gauche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Rassemblement national La France insoumise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants