2 min de lecture Politique

Européennes : "Le naufrage de Benoît Hamon n’a réveillé personne", dit Alba Ventura

ÉDITO - La division de la gauche est préoccupante pour l'avenir de l'opposition. Pour Alba Ventura, "Emmanuel Macron peut tranquillement dormir sur son oreille gauche".

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Européennes : à gauche, "chacun reste dans son couloir", pointe Alba Ventura Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Joanna Wadel

À 50 jours du scrutin des élections européennes, la gauche est toujours aussi divisée. Hier au Grand Jury RTL, l'écologiste Yannick Jadot a superbement ignoré l'appel à témoins lancé par Raphaël Glucksmann lors du Grand Débat jeudi dernier. 

Tout cela va finir comme à la présidentielle, où les électeurs de gauche ont été déconcertés au moment de la primaire. Tout le monde s’était alors rangé derrière Benoit Hamon, avec plus ou moins de convictions, voire même de gré ou de force. Car le seul but des partis de gauche était de ne se préoccuper que de leurs désaccords. 

Force est de constater que rien n'a changé, la gauche reste en ordre dispersé. Le naufrage de Benoit Hamon n’a réveillé personne, l’élection d’Emmanuel Macron n’a pas plus fait sourciller les uns que les autres. Certains mènent des guerres d’appareils, mais il n’y a plus d’appareils. Les partis de gauche ont volé en éclats, mais ils continuent de fonctionner comme avant. 

Les motions se multiplient

Alors qu'aucun d'entre-eux ne fait plus de 8% actuellement dans les sondages pour les européennes, la gauche vit dans un congrès permanent. La motion A de Yannick Jadot, l’écolo tendance sociale qui ne renie pas l’économie de marché. La motion B de Raphael Glucksman, PS Place publique, qui entend incarner la social-écologie dans un langage "amoureux", comme il l'a dit en meeting, c’est follement romantique mais est-ce pour autant efficace ? Quant à Benoît Hamon avec la motion C, ce qu'il va percuter, c'est le mur. 

À lire aussi
Édouard Philippe ira voir le film de Polanski politique
Édouard Philippe ira voir le film de Roman Polanski

Par ailleurs, les communistes - motion D - courtisés par Benoît Hamon, veulent exister par eux-même et non pas se ranger comme ils l’ont fait par le passé derrière Jean-Luc Mélenchon. Le chef de file de La France Insoumise qui, par, la voix de la jeune Manon Aubry, motion E, entend croire pouvoir s’imposer face à tous les autres en s’affirmant, elle aussi, de gauche et écolo. Tous sont donc de gauche et écolos, mais chacun reste dans son couloir.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il a fallu la naïveté de Raphael Glucksman jeudi dernier lors du débat, pour montrer une fois encore que ces gens-là ne veulent pas gagner, ils ne veulent pas construire, ils se contentent d’exister. Alors que s’ils s’alliaient, ils pourraient faire 20%.

Un Français sur deux a un sentiment de proximité entre les listes EELV et PS Place Publique.

Alba Ventura
Partager la citation

D’autant qu’aux yeux des électeurs ils ne sont pas si différents. Dans notre dernier sondage Harris Interactive Epoka, 1 Français sur 2 a un sentiment de proximité entre les listes EELV et PS place publique. Visiblement pas pour les acteurs d’aujourd’hui, dont le souvenir d’une gauche plurielle semble très éloigné. 

À ce rythme-là, il y a des chances pour que les électeurs de gauche aillent à la pêche, le 26 mai. Emmanuel Macron peut tranquillement dormir sur son oreille gauche. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Élections européennes Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants