6 min de lecture Gilets jaunes

Revivez notre soirée spéciale : "Gilets Jaunes, la colère des Français oubliés"

La mobilisation des "gilets jaunes" va-t-elle se renforcer ? À la veille de l'acte IV des manifestations, M6 et RTL ont consacré une soirée spéciale #DossierTabou à ces Français qui souffrent.

Le plateau de l'émission spéciale "'Gilets jaunes', la colère des Français oubliés"
Le plateau de l'émission spéciale "'Gilets jaunes', la colère des Français oubliés" Crédit : M6
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et Léa Stassinet

De quelle colère les "gilets jaunes" sont-ils le nom ? Depuis près d'un mois, les Français sont nombreux à se mobiliser dans la rue, mais aussi sur les réseaux sociaux, contre la politique du gouvernement. La hausse des prix du carburant, prévue le 1er janvier, a été la goutte d'eau de trop et est venue amplifier le sentiment de ras-le-bol fiscal

Voitures incendiées, boutiques pillées, mobilier urbain arraché... Les scènes de guérilla urbaine se sont produites, le 1er décembre. Face à cette situation devenue incontrôlable, le gouvernement a annoncé un moratoire, c'est-à-dire, une suspension de la hausse des taxes sur le carburant et des tarifs de l'électricité et du gaz. Des annonces suffisantes pour les "gilets jaunes" ? 

À la suite de la prise de parole d'Édouard Philippe, les "gilets jaunes" ne se démobilisent pas. C'est pourquoi M6 enquête depuis des mois sur les "Français oubliés". Dès 21 heures, un documentaire inédit "Gilets jaunes, la colère des Français oubliés" a été diffusé sur M6, en partenariat avec RTL. À 23 heures, un débat en direct a suivi, animé par Bernard de La Villardière, avec Martial You, le chef du service économie de RTL. 

À lire aussi
Une compagnie de CRS (illustration) sécurité
Les actualités de 18h - "Gilets jaunes", Strasbourg : les forces de l'ordre épuisées

Revivez notre soirée spéciale "gilets jaunes"

00h05 - Merci à tous d'avoir suivi avec nous cette soirée consacrée au mouvement des "gilets jaunes". À bientôt sur RTL.fr.

00h02 - "On est contre la violence. Ce qu'il s'est passé à Paris est inacceptable", assure Erwann, ce "gilet jaune" rennais qui participera à une "marche citoyenne pacifique" samedi prochain.

23h58 - "Samedi va être sous tension. Il y aura probablement du contact" entre les forces de l'ordre et les manifestants, estime Stanislas Gaudon, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance Police Nationale.

23h45 - Pour le député du Rassemblement national Sébastien Chenu, "la réponse politique à cette crise tient en 3 axes : le pouvoir d'achat, la représentativité à l'Assemblée nationale, et l'aménagement du territoire". Selon l'élu, Emmanuel Macron a réuni dans son gouvernement "le pire de la droite et le pire de la gauche", ce qui a produit "la pire des politiques". 

23h42 - "Nous on ne parle pas politique, on veut juste pouvoir vivre décemment" affirme Aurélie, membre des "gilets jaunes". C'est un mouvement qui est "en dehors des partis politiques", souligne Martial You, chef du service économie de RTL.

23h39 - "Ce mouvement dénonce la vie chère, des taxes injustes et en même temps des privilèges", estime le député de la France insoumise Éric Coquerel, qui a déjà apporté son soutien aux "gilets jaunes".

23h34 - Martial You, chef du service économie de RTL rappelle que "les gilets jaunes ont perdu 500 à 600 euros par an ces dix dernières années. Il y a un moment donné où ces foyers se demandent pourquoi ils ont une telle perte de pouvoir d'achat et à quoi servent leurs impôts".

>
Combien gagnent les "gilets jaunes" ? Crédit Image : Cprod/M6 | Crédit Média : CProd/M6 | Date :

23h30 - "J'ai quatre emplois", explique Jérémy, un "gilet jaune" habitant près de Rennes. "La vie est tellement chère que je suis obligée de cumuler. Je peux aller entre 200 et 300 heures par mois pour essayer d'avoir au minimum 1.800 euros nets par mois. Je n'ai par conséquence aucune vie sociale ni familiale", confie-t-il. 

23h23 - "Le gouvernement se trompe, il n'a pas d'expérience. La vraie réponse au pouvoir d'achat c'est les salaires", continue l'ancien ministre du Budget Éric Woerth. 

23h14 - "Il y a une trop grande brutalité du gouvernement", affirme l'ancien ministre LR Éric Woerth. "Nous avons prévenus l'ensemble des ministres l'année dernière sur l'affaire des carburants pour dire que ce serait insupportable pour les Français. Nous avons dit 'gelez l'ensemble des dispositifs de carburants"", poursuit-il. 

23h10 - "Il n'y a rien qui avance", regrette Aurélie, membre des "gilets jaunes"qui se rendra à Paris pour manifester samedi si elle arrive "à faire garder ses enfants". 

23h07 - "On ne vit pas, on survit. Le matraquage fiscal c'est tous les jours. Ce n'est plus possible", affirme Erwan, que vous avez découvert dans le documentaire diffusé ce soir. 

23h03 - Selon l'économiste Julia Cagé, "la taxe énergie n'a été que l'allumette qui a provoqué la crise. Qu'est-ce qui a été fait cette année ? On a gelé les allocations pour le logement, on a augmenté la fiscalité sur le tabac... Il y a un ras-le-bol face à l'injustice fiscale". 

22h57 - Place désormais au débat en plateau. Députés, secrétaires d'État, "gilets jaunes", économistes vont échanger durant une heure sur le mouvement des "gilets jaunes" et la crise qui agite le pays actuellement. 

22h53 - 93% des Français interrogés se disent favorables à la réindexation des pensions de retraites.

22h39 - Rosalie, veuve depuis 17 ans souffre de problèmes cardiaques et de troubles respiratoires. En très mauvaise santé, elle refuse cependant d'aller en maison de retraite. "Je préfère mourir. Et vous savez combien ça coûte ?", demande-t-elle. "2.500 euros", ajoute Rosalie, qui ne touche que 1.000 euros de retraite. 

>
"La maison de retraite, vous savez combien ça coûte ?" Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

22h20 - Six adjoints au maire de Puteaux sur 12 seraient aujourd'hui logés en HLM. "Comment se fait-il que des logements sociaux soient attribués à des personnes qui ont des revenus bien supérieurs au plafond autorisé ?", demande-t-on à Madame le Maire Elle refuse de répondre. 

>
Bernard de La Villardière interroge la maire de Puteaux sur l'attribution des HLM Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

22h16 - À Puteaux, il est très compliqué d'avoir un logement social. Visiblement, il faudrait connaître Madame Le Maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Sa famille, qui dirige la ville depuis des décennies, est accusée de clientélisme par Anticor, une association qui lutte contre la corruption. Une personne qui a siégé à la commission des HLM de Puteaux le confirme : "On propose un appartement, il y a trois ou quatre familles qui le demandent, en fait le dossier que l'on met vraiment en avant, c'est celui à qui vraiment on veut le donner". Des personnes sélectionnées en raison de leurs "relations" avec la maire, ou encore de leur "vote". 

>
Se loger à Puteaux, le parcours du combattant Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

22h06 - Marie, 45 ans et son fils Alexandre traversent une période éprouvante. Actuellement, ils sont hébergés dans un hôtel social et habitent dans une chambre de 10m2, sous les toits. Ancienne hôtesse de l'air, Marie est au chômage depuis 4 ans et ne touche que 500 euros par mois.

>
"J'ai envie d'être comme avant" témoigne Marie, maman solo hébergée dans un hôtel social Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

21h50 - À l'école, Jade, l'une des filles de Sandrine, est victime de harcèlement psychologique. "Les autres disaient que j'étais habillée comme une clocharde, ou que j'avais trouvé mes vêtements dans une poubelle. Ça me faisait mal", confie-t-elle. Mais la petite fille n'a jamais osé se plaindre et en parler à sa maman. "J'aimerais bien avoir des marques mais je n'ose pas lui demander parce que je sais que c'est cher et que ça lui fait mal quand elle me dit non". 

21h43 - Sandrine, 37 ans et mère de deux enfants ne parvient pas à joindre les deux bouts. Elle ne peut retirer que 50 euros par semaine au distributeur. "Ça nous fait 7 euros par jour par semaine, chaque centime est compté", explique-t-elle. 

21h38 - Quelques mois plus tard, la décision est tombée : la boulangerie de Laurent est liquidée. "C'est un gros gâchis. Quand je vois ce qu'on a fait de la belle entreprise que j'ai, c'est incroyable", dit Laurent, incrédule. Le tribunal n'a pas tenu compte du plan de redressement qu'il a présenté, arrivé trop tard sur le bureau des juges. La boulangerie va être mise en vente. 

>
"C'est une mise à mort sociale", confie Laurent Crédit Image : RTL | Crédit Média : Lignes de Front | Date :

21h32 - Dans l'Oise, la boulangerie de Laurent risque d'être liquidée par le tribunal de commerce. "Ça fait deux ans que je ne me verse pas de salaire", confie-t-il. "C'est une mise à mort sociale. Depuis la décision de justice, mes comptes en banque personnels sont bloqués... je n'ai plus aucun moyen de paiement. Je vis dans la précarité puisque je n'ai plus les moyens financiers de me payer à manger. Je n'ai pas le droit au chômage ni à aucune aide", explique-t-il. 

21h19 - Malgré leurs 3.000 euros mensuels, Aurélie et son mari Anthony ne s'en sortent pas. Et les ennuis commencent très tôt dans le mois. "À partir du 12, on a tous les prélèvements qui démarrent. Le moindre petit incident de la vie a un impact énorme. Faut pas qu'il y ait un frigo qui lâche", explique Aurélie, qui s'est déjà privée de nourriture pour que ses enfants mangent à leur faim.

>
"Gilets jaunes" : malgré leur 3.000 euros mensuels, Aurélie et Anthony ne s'en sortent pas Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

21h14 - Quelle est cette France qui gronde ? Quelle est la marge de manoeuvre du gouvernement ? Que peut-il se passer demain ? C'est à ces questions que Dossier Tabou va tenter de répondre. 

20h47 - Erwan, 40 ans, est chaudronnier en CDI près de Rennes. Avec son épouse Valérie, ils gagnent chaque mois 2.500 euros. À bout, le couple n'a pas hésité à rejoindre le mouvement des "gilets jaunes". "On va se battre, on va rester sur les barrages", assure Valérie devant les caméras de Dossier Tabou : "gilets jaunes", la colère des Français oubliés, à suivre dans quelques instants sur M6.

>
"Gilets jaunes" : "J'ai pas envie de ça pour mes enfants", dit une mère Crédit Image : RTL | Crédit Média : CProd | Date :

20h30 - Bonsoir et bienvenue dans ce live, soirée spéciale "gilets jaunes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Emmanuel Macron M6info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795822797
Revivez notre soirée spéciale : "Gilets Jaunes, la colère des Français oubliés"
Revivez notre soirée spéciale : "Gilets Jaunes, la colère des Français oubliés"
La mobilisation des "gilets jaunes" va-t-elle se renforcer ? À la veille de l'acte IV des manifestations, M6 et RTL ont consacré une soirée spéciale #DossierTabou à ces Français qui souffrent.
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-gilets-jaunes-la-colere-des-francais-oublies-suivez-notre-soiree-speciale-7795822797
2018-12-05 20:36:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9i4x6NRwJe4soAFYAkWLfQ/330v220-2/online/image/2018/1205/7795824997_le-plateau-de-l-emission-speciale-gilets-jaunes-la-colere-des-francais-oublies.jpeg