2 min de lecture Écologie

Emmanuel Macron participera à une Convention citoyenne sur le climat en janvier

Le président de la République a annoncé dans un tweet sa participation à la Convention citoyenne avec les 150 personnes tirées au sort. Le but ? Réfléchir aux solutions pour lutter contre le réchauffement climatique.

"Macron doit trouver des alliés pour sauver sa réforme des retraites", affirme Mazerolle
"Macron doit trouver des alliés pour sauver sa réforme des retraites", affirme Mazerolle Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Lilas Fournier et AFP

Emmanuel Macron a déclaré dimanche 17 novembre qu’il participerait au mois de janvier à une session de travail de la Convention citoyenne sur le climat, qui réunira des citoyens tirés au sort afin de chercher des solutions contre le réchauffement climatique.
 
"Vous avez été tirés au sort et avez accepté de construire notre avenir en relevant son plus grand défi : lutter contre le changement climatique. Bravo pour votre engagement ! Et merci pour votre invitation, je participerai à la Convention citoyenne pour le climat en janvier", a annoncé dans un tweet le président de la République.
 
Constituée de 150 citoyens tirés au sort, cette Convention citoyenne sur le climat a été voulue par le chef de l’Etat, ébranlé par la crise des "gilets jaunes" qui contestent la hausse du prix des carburants, revendiquent le pouvoir d’achat, la justice fiscale et sociale ainsi que la participation politique des citoyens. Une façon, pour Emmanuel Macron, de répondre au "grand débat national" avec cette proposition.

Nicolas Hulot déjà invité

La Convention citoyenne s’est réunie pour la troisième fois ce week-end et a planifié trois prochaines sessions, dont deux en janvier, vers le 10 et le 26 janvier. Les participants ont pour mission de proposer une politique climatique de la France. Au programme cinq groupes de travail sur : se déplacer, consommer, se nourrir, se loger, produire et travailler.

 
L'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a été auditionné, vendredi 15 novembre, par la Convention citoyenne pour le climat. Il s’est défendu devant les citoyens en fustigeant ces anciens collègues du gouvernement. Il s’en est notamment pris au ministère de de l'Economie et des Finances qui "sapait derrière moi ce que je proposais" mais aussi aux députés.

"Le plus éprouvant pour moi, lorsque j'étais ministre, c'était les séances à l'Assemblée nationale où l'on avait l'impression que tout le monde se détestait, alors que sur ces enjeux de climat et d'écologie, il faut faire preuve de maturité et d'intelligence collective", a-t-il examiné.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Environnement Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants