2 min de lecture Écologie

Le gouvernement en fait-il assez pour l'écologie ?

Les députés ont examiné cette nuit les mesures écologiques du budget 2020. Et les moyens ne correspondent pas aux discours. Il manque 15 milliards d'euros par an pour que la France agisse concrètement contre le réchauffement du climat.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Le gouvernement en fait-il assez pour l'écologie ? Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Benjamin Hue

Il y a eu ces derniers mois des discours forts du Président de la république et du Premier Ministre qui ont dit vouloir "accélérer" la transition écologique?  Le moment de vérité, c'est le budget. Les députés ont examiné cette nuit les mesures écologiques du budget 2020. Et les moyens ne correspondent pas aux discours.
 
Il manque 15 milliards d'euros par an pour que la France agisse concrètement contre le réchauffement du climat et pour respecter l'accord de Paris. 15 milliards, ce ne sont pas les écologistes qui les réclament, c'est le gouvernement lui même qui a fixé cette somme. Dans une annexe du budget, un document qui s'appelle "stratégie bas carbone". Il est écrit que si l'on veut réussir la transition, donc isoler les bâtiment et développer des transports propres, il faut que la France investisse 15 milliards d'euros par an dans les secteur public et privé et même 30 milliards à partir de 2024.

Le budget de l'écologie augmente, mais de 800 millions d'euros. On est loin des 15 milliards envisagés. Certes, il y a des avancées : le crédit d'impôt qui sert à isoler les logements a été simplifié et recadré. Il concerne désormais principalement les ménages modestes. La prime  facilitant le remplacement de véhicule au profit d'un moins polluant a augmenté. Mais c'est faire de l'écologie avec du sparadrap disent les associations. Et ça ne répond pas aux engagements du Président de la république.

Où trouver de l'argent ?

Pour dépenser, il faut des recettes. Le pouvoir doit désormais composer avec l'impact du mouvement des "gilets jaunes". Le gouvernement a renoncé à augmenter la taxe carbone pour la seconde année de suite.  Cela aurait pu faire 4 milliards d'euros pour financer des mesures vertes. Ils n'existent plus. Il y a une nouvelle taxe, la taxe sur les billets d'avion, prélevée à partir de janvier prochain. Mais on ne sait pas vraiment à quoi elle va servir. Si c'est pour réparer les routes, ce n'est pas très écolo.

Reste un dernier mauvais signal. Les effectifs du ministère sont en baisse. Près de 1.000 postes en moins. Paradoxalement, on dit qu'il faut aider les gens a rénover, qu'ils n'y comprennent rien aux aide énergétiques, mais on baisse le nombre des conseillers de l'Ademe, l'agence de l'environnement. Quand il y a des inondations on demande a Météo France de mieux prévoir, mais on baisse ses effectifs. Quand une usine explose a Rouen, on veut des analyses de l'air tout de suite, mais les effectifs de l'Ineris, qui en est chargé, vont aussi diminuer. 

À lire aussi
Un pêcheur français, le 31 juillet 2018, au large de Ouistreham (Normandie). environnement
Surpêche : une décision de l'Union européenne pourrait menacer la survie des océans

Bref, il y a eu des budgets bien pires dans l'histoire de l'écologie. Il y a des progrès incontestables, mais a cette vitesse d'escargot, Emmanuel Macron, s'il va a la conférence sur le climat en Espagne dans un mois, aura du mal a faire croire que la France est exemplaire en la matière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Environnement Climat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants