1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 : après le premier tour, le Front national est puissant mais seul
3 min de lecture

Élections régionales 2015 : après le premier tour, le Front national est puissant mais seul

REPLAY - La percée historique du FN, l'appel au "ni retrait ni fusion" des Républicains, la gauche divisée : retour sur les principaux enseignements du vote du 6 décembre.

Élections régionales 2015 : la remobilisation par rapport au second tour n'avait pas été aussi importante depuis 2002
Élections régionales 2015 : la remobilisation par rapport au second tour n'avait pas été aussi importante depuis 2002
Crédit : AFP / Jean-Sébastien Évrard
Élections régionales 2015 : après le premier tour, le Front national est puissant mais seul
03:25
Loïc Farge
Loïc Farge

Cette fois, les sondeurs ne se sont pas trompés. Le Front national est bien en mesure de remporter trois régions le 13 décembre. Depuis qu'il existe, le parti dirigé par Marine Le Pen n'a jamais été aussi puissant. L'écart est saisissant avec les régionales de 2010. À l'époque, il avait obtenu 11,4% des voix. Aujourd'hui, avec environ 28%, son score national de premier tour dépasse celui des européennes de 2014 et des départementales de mars dernier. Dans deux régions - Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur -, il est au-delà des 40%. Aucun autre parti dans aucune autre région n'atteint ce niveau.

La rédaction vous recommande

Le Front national est en tête dans 46 départements. Au hit parade, le Var arrive en tête avec presque 45%. Suivent le Pas-de-Calais, puis le Vaucluse. On retrouve la même poussée dans l'Aisne, l'Oise, la Haute-Marne ou la Meuse. Le FN, en revanche, bute sur des départements ruraux comme l'Allier, le Gers ou la Creuse, mais il vire en tête en Seine-et-Marne en Île-de-France (c'est nouveau).

Le FN peut-il gagner six régions ?

Le Front national cartonne chez les 25/49 ans. Chez les moins de 25 ans, il réunit 33%. Il est plus faible chez les moins de 65 ans, selon un sondage Harris Interactive diffusé le 6 décembre au soir. S'il y a eu un effet attentats dans les urnes, il a profité au FN. Quatre points de participation en plus, c'est plus de 1,5 million d'électeurs supplémentaires qui ont voté en grande partie pour le FN déjà mobilisé.

Peut-il gagner dans les six régions où il est arrivé en tête ? Le Front national est puissant mais il est seul. Il se retrouve en duel en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA après le retrait du PS. Que vont faire les électeurs socialistes ? Se reporter sur Xavier Bertrand dans le Nord et Christan Estrosi dans le Sud ? Suspense. Dans le Grand Est aussi Florian Philippot arrive largement devant l'ex-UMP Philippe Richert. S'il y a une triangulaire - le socialiste Jean-Pierre Masseret, qui s'est crashé avec 16% des voix, refuse de se retirer -, le numéro deux du FN peut tirer son épingle du jeu.

À écouter aussi

En Midi - Languedoc-Roussillon, Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, fait une percée. Mais la gauche en se rassemblant peut l'emporter au final. Même chose en Bourgogne et dans le Centre, où le FN est en pole position. Mais c'est une nouvelle élection, une nouvelle campagne qui a débuté en vue du second tour.

Scrutin décevant pour la droite et la gauche

C'est un scrutin décevant pour le PS qui gouvernait toutes les régions, sauf une. Il va totalement disparaître des assemblées dans deux, voire trois régions. C'est inouï. Mais paradoxalement, il pourrait aussi en gagner plus que certains le pensaient. La Bretagne est acquise par le bon score de Jean-Yves Le Drian. L'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes est gagnable. En Île-de-France, ce n'est pas perdu si la gauche est vraiment soudée. En Corse, c'est bien parti.

Chez Les Républicains, c'est morose dans la mesure où il ils arrivent derrière le FN. Ils peuvent sortir vainqueurs en Normandie, en Centre-Val de Loire, dans les Pays de la Loire. En Auvergne-Rhône-Alpes, ce sera serré. Au mieux, ils pourront remporter au mieux six régions, très loin de la razzia espérée. Tout va dépendre maintenant de la mobilisation des uns et des autres.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/