2 min de lecture Société

Édouard Philippe bannit l'écriture inclusive des textes officiels

Le Premier ministre donne consigne à ses ministres, dans une circulaire dont l'AFP a eu copie mardi, de bannir des textes officiels l'écriture dite "inclusive"

Édouard Philippe, sur le perron de l'Élysée le 9 août 2017
Édouard Philippe, sur le perron de l'Élysée le 9 août 2017 Crédit : VILLARD/SIPA
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

L'écriture inclusive doit-elle devenir la réalité du quotidien ? Si le débat est récurrent dans la société actuelle, Édouard Philippe a semble-t-il pris sa décision. "Je vous invite, en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel (JO) de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive", écrit le Premier ministre dans une circulaire à paraître mercredi 21 novembre dans le même Journal Officiel.

"Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l'État doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d'intelligibilité et de clarté de la norme", justifie-t-il.

Dans ce texte, l'ancien maire du Havre demande à ses ministres de veiller à "la bonne application de ces principes"

Mettre fin à une écriture sexiste

Cette décision devrait une nouvelle fois faire réagir alors que l'écriture inclusive est portée par des cercles féministes mais rejetée par l'Académie française qui dénonce un "péril mortel". Cette nouvelle réflexion sur l'écriture remet notamment en cause la règle d'accord de la langue française, jugée sexiste, selon laquelle, au pluriel, le masculin l'emporte sur le féminin.

À lire aussi
Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des Évêques de France le 30 octobre 2020 religions
Jauge de 30 personnes pour les cultes : les évêques de France saisissent le Conseil d'État

Dans sa note, Édouard Philippe précise par ailleurs les règles d'accord qui doivent s'appliquer dans les actes administratifs. Dans les textes réglementaires, "le masculin est une forme neutre qu'il convient d'utiliser pour les termes susceptibles de s'appliquer aux femmes", indique-t-il.

Un débat au sein même de la majorité

Au sein même de la majorité, la question s'est posée. Les députés de Gironde affiliés à la majorité présidentielle ont envoyé un communiqué de presse commun avec cette méthode d'écriture, destinée à mettre sur un pied d'égalité les femmes et les hommes. Même constat pour Christophe Castaner qui a eu recours à l'écriture inclusive pour la rédaction de sa profession de foi en vue avant sa nomination à la tête de La République En Marche.

À l'opposé, Jean-Michel Blanquer s'est une nouvelle fois opposé à cette évolution dimanche 19 novembre lors de l'émission Dimanche en politique sur France 3. "Pardon de le dire, mais c'est très laid. Cela déstructure les textes", a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : "Je considère que la question de l’égalité homme-femme est une question cruciale, fondamentale à notre époque et que c’est dommage de la dévoyer vers ces sujets-là qui sont pas les vrais sujets du féminisme dont nous avons besoin".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société langue française Édouard Philippe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants