5 min de lecture Société

Écriture inclusive : 6 idées reçues sur cette langue pour l'égalité

ÉDITO - L'écriture inclusive est sur le devant de la scène médiatique depuis plusieurs semaines. L'occasion de revenir sur les principaux points que lui reprochent ses adversaires.

L'écriture inclusive est-elle vraiment une "novlangue" ?
L'écriture inclusive est-elle vraiment une "novlangue" ? Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte

Le Haut conseil de l'égalité entre les femmes et les hommes la préconise depuis 2015. Il aura fallu attendre 2017 pour que l'écriture inclusive soit sur le devant de la scène médiatique.

Cette manière d'écrire désigne "l'ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes", selon le site ecriture-inclusive.fr

À lire aussi
Miss Martinique, Laure-Anaïs Abidal société
Miss France 2018 : Miss Martinique réagit à la polémique sur ses cheveux lisses

Employée par la maison d'édition Hatier dans un manuel à destination des élèves de CE2, cette "novlangue", selon le philosophe Raphaël Enthoven, a d'abord été rejetée par le ministre de l'Éducation... avant d'être préconisée dans un guide à destination des TPE et PME par le ministère du Travail ou employée par Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes, sur son compte Twitter.

Si un sondage révèle que 75% des personnes interrogées se déclarent "favorables" à l'écriture inclusive, cette dernière s'attire les foudres d'une partie de l'opinion. L'occasion de reprendre certaines des idées reçues pour démontrer qu'elles sont - dans certains cas - le reflet d'une méconnaissance ou incompréhension du sujet.

1. C'est trop compliqué

L'une des grandes inquiétudes des anti-écriture inclusive concerne son apprentissage à l'école. Beaucoup rappellent au passage - et à juste titre - que le niveau en orthographe, conjugaison et grammaire des élèves français n'est pas des meilleurs. S'il est vrai qu'un manuel scolaire a été édité en écriture inclusive, nos écolières et écoliers n'ont pas de cours dédiés au sujet.

Croire que les enfants seraient incapables de la comprendre revient à sous-estimer leur plasticité cérébrale. L'apprentissage de l'écriture inclusive est pourtant semblable à celui d'une nouvelle langue. Plus un ou une enfant est jeune, plus cela va être facile pour elle ou lui d'acquérir de nouvelles connaissances. Pour les adultes, le chemin sera, certes, plus long avant de pouvoir tenir une conversation dans un langage qui n'est, a priori, pas le sien.

Dernière bonne nouvelle concernant l'écriture inclusive : il ne s'agit pas vraiment d'une nouvelle langue. Tout n'est pas à apprendre, on ne part pas de zéro la concernant puisqu'elle consiste à manier autrement des mots et concepts censés être maîtrisés par tous et toutes.

2. C'est illisible

L'usage des points "milieu" que les pro-écriture inclusive utilisent en abréviations dans certains groupes de mots ("agriculteur·trice·s" au lieu "agriculteurs et agricultrices") rendrait la lecture trop "illisible".

L'écriture inclusive ne se résume cependant pas à ces points médians et, comme le rappelait le fondateur de l'agence Mots-Clés, Raphaël Haddad, lors d'un atelier : "Il est possible d'écrire en inclusif sans jamais utiliser les points du milieu". 

Enfin, comme toute abréviation, l'habitude et l'appropriation sont les meilleures alliées de la lisibilité. Parfois, il s'agit juste d'une question de temps avant de ne plus remarquer qu'une abréviation s'est invitée dans un texte ou même à l'oral.

En témoigne l'interview télévisée d'Emmanuel Macron, dimanche 15 octobre. Selon Paris Match, le président de la République a employé 42 occurrences inclusives ("celles et ceux", "toutes et tous", etc). Seul le mot "concitoyens", utilisé 19 fois, n'a jamais été décliné au féminin. 

3. Il va falloir féminiser tous les noms

Si on dit "une chaise", "une fenêtre", "un vélo", "un vagin", "une verge", va-t-on devoir les féminiser ? Ou, au contraire, les transformer en noms masculins ? 

L'écriture inclusive ne s'intéresse pas aux genres employés par la langue française dans ce contexte. Elle intervient lorsqu'il est question d'une domination d'un groupe d'individus par un autre. En France, comme en français, le masculin l'emporte toujours sur le féminin.

C'est là que l'écriture inclusive souhaite intervenir, dans la juste représentation des femmes comme des hommes. Elle ne souhaite pas revenir sur le genre des noms communs. Depuis quand un groupe de chaises se sent-il dominé par un unique bureau de travail ? 

4. Cela ne sert à rien

L'écriture inclusive est-elle vraiment pertinente lorsqu'il s'agit de combattre les inégalités entre les femmes et les hommes ? Va-t-elle rétablir l'égalité salariale ? Pulvériser le plafond de verre ? Permettre aux métiers des sciences et de la tech de se féminiser ? Aux entreprises du CAC 40 de se diversifier ? 

La réponse la plus probable : on ne sait pas. Mais l'on pourrait essayer, tant les politiques publiques pourtant déjà existantes n'assurent pas la progression de l'égalité entre les femmes et les hommes... prévue pour 2186.

Dans le sondage consacré à l'écriture inclusive, Harris Interactive et l'agence de communication Mots-Clés ont mesuré "l’influence de la formulation et du langage sur les évocations spontanées". Une partie de leur échantillon s'est vue proposer des "formulations genrées", "inclusives" et "épicènes" (non genrées).

Le masculin l'emporte-t-il sur le féminin dans l'esprit des gens également ?
Le masculin l'emporte-t-il sur le féminin dans l'esprit des gens également ? Crédit : Harris interactive pour Mots-Clés

Résultats ? Plus les formulations sont inclusives (on parlera de "personnes présentant le journal télévisé" plutôt que de "présentateurs du JT"), plus les personnes sondées mentionnent des femmes. 

5. Encore une lubie des féministes

La langue française est mouvante mais, aussi étrange que celui puisse paraître, l'écriture inclusive invente des concepts (le point médian) comme elle propose aussi de rétablir certaines règles datant de plusieurs siècles.

Avant le XVIIIème siècle, les noms de métiers étaient féminisés ("un auteur, une autrice", par exemple) tandis que la "règle de proximité" pour les accords en genre et en nombre était employée par des Rabelais, Racine et Corneille.

6. C'est la porte ouverte au genre neutre

Au même titre que la PMA serait la porte ouverte à la GPA, l'écriture inclusive, comme elle est aujourd'hui défendue par ses adeptes, serait, selon ses adversaires, la porte ouverte au genre neutre dans la langue française.

Ce dernier serait différent du "masculin", vu par les grammairiens comme "neutre". Il s'agirait alors d'une toute nouvelle invention avec des terminaisons différentes et des ajouts de lettres. C'est une écriture confidentielle du français complètement réinventée comme on peut le voir dans certains milieux LGBTQ, notamment des personnes se définissant comme "non-binaires"

À ce jour, cette option n'est pas abordée par les pro-écriture inclusive et n'apparaît pas dans le guide du Haut conseil à l'égalité, ni dans les conventions proposées par Mots-Clés. 

Cet article a été entièrement rédigé en inclusif, l'avez-vous remarqué ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Écriture Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790585644
Écriture inclusive : 6 idées reçues sur cette langue pour l'égalité
Écriture inclusive : 6 idées reçues sur cette langue pour l'égalité
ÉDITO - L'écriture inclusive est sur le devant de la scène médiatique depuis plusieurs semaines. L'occasion de revenir sur les principaux points que lui reprochent ses adversaires.
http://www.rtl.fr/girls/identites/ecriture-inclusive-6-idees-recues-sur-cette-langue-pour-l-egalite-7790585644
2017-10-21 07:14:00
http://media.rtl.fr/cache/ZdQiaXXV0qG2xBI70BaAcA/330v220-2/online/image/2017/1020/7790606986_l-ecriture-inclusive-est-elle-vraiment-une-novlangue.jpg