1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : l'Europe, plus gros sujet de discorde entre Macron et Le Pen
3 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : l'Europe, plus gros sujet de discorde entre Macron et Le Pen

Lors du débat de l'entre-deux tours ce mercredi 20 avril, les finalistes à la présidentielle se sont fait face. L'occasion de mettre en lumière le thème principal qui les oppose : l'Europe.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le 20 avril 2022
Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le 20 avril 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
ÉDITO - Présidentielle 2022 : l'Europe, plus gros sujet de discorde entre Macron et Le Pen
00:03:45
ÉDITO - Présidentielle 2022 : l'Europe, plus gros sujet de discorde entre Macron et Le Pen
00:03:45
François Lenglet - édité par Lison Bourgeois

Lors du débat de l'entre-deux tours de mercredi 20 avril, les deux finalistes de l’élection présidentielle ont exposé leur projet économique. Finalement, la plus grosse différence entre les deux se situe sur les questions européennes. Car de là proviennent des options différentes chez l’un et chez l’autre dans presque tous les domaines.

Pour l’un, il faut agrandir la France, lui permettre de se développer au-delà des frontières, de nourrir des expériences étrangères et surtout mettre en commun nos problèmes et leur gestion, pour mieux les traiter. 

Pour l’autre au contraire, la France sera plus indépendante et plus forte si elle retrouve ses frontières en matière de commerce, de politique économique et budgétaire, d’immigration. Et surtout, pour Marine Le Pen, la France pourra mieux protéger les Français que dans l’Europe actuelle.

Le Pen a répété qu’elle ne voulait pas sortir de l'Union européenne

C’est une contradiction qui a été pointée par l’actuel président hier soir : on ne peut pas être dedans et dehors en même temps. Elle dit ne pas vouloir sortir de l’Europe, mais récuse bon nombre de règles communes, budgétaires, normatives, commerciales, touchant à la concurrence, pour ne rien dire de celles qui fixent la contribution financière de chaque état.

À lire aussi

Que garde-t-elle de l’Europe si en elle en refuse le fonctionnement ? Au fond, elle pense que la France ferait mieux seule, plutôt que prise dans cette lourde mécanique à 27, où Paris se fait parfois dominer par les autres – Bruxelles, c’est la politique du compromis. À l’inverse, Macron explique qu’on ne peut changer l’Europe que de l’intérieur.

Sur quels sujets précis cette différence sur l'Europe se traduit-elle ?

Chacun des deux finalistes a pris un exemple hier, pour défendre son projet. Pour Macron, les vaccins, dont la production a été mutualisée en Europe, de façon à permettre l’égalité d’accès aux doses. Mutualisation inhabituellement rapide et efficace, qui nous vaut aujourd’hui de figurer parmi les pays les mieux protégés. 

Pour Le Pen, c’est le prix de l’énergie. Si nous sortions du marché européen, dit-elle, nous pourrions déconnecter les tarifs français de l’électricité de ceux qui prévalent en Europe, de façon à les abaisser, grâce à nos centrales nucléaires.

Là où elle a raison, c’est que la politique de l’énergie communautaire est absurde, en ayant voulu introduire une concurrence coûteuse et stérile. Mais pour le reste, il y a une illusion. Comment importer de l’électricité, alors qu’on en a besoin, si l’on se refuse à payer le prix du marché international ? Les tarifs intérieurs, cela supposerait que nous soyons complètement indépendants dans la production d’énergie, et ça n’est pas le cas, au moins pour les dix ans qui viennent.  

Et le financement des campagnes ?

Sur ce point, chacun des deux était assez bon sur la critique du programme de l’autre, tout en restant fort nébuleux sur le sien. Quand Macron pointe le flou extrême des recettes prévues par sa compétitrice, il a tout à fait raison. La lutte contre la fraude et les gaspillages ne font pas une politique budgétaire, même si elles sont nécessaires. 

À l’inverse, quand Le Pen assure que les 600 milliards de dettes supplémentaires du quinquennat ne tiennent pas seulement à la Covid-19, elle ne fait jamais que dire la même chose que la Cour des comptes, qui se désolait récemment de la forte dégradation du solde budgétaire structurel de la France sous présidence Macron. 

Le problème, c’est que son programme nous mettrait sur la même trajectoire, sans même l’épidémie. Une chose est probable, quel que soit le vainqueur de dimanche, il y aura des lendemains budgétaires pas faciles pour la France lors du prochain quinquennat. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/