1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : le candidat unique, la dernière utopie de gauche
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : le candidat unique, la dernière utopie de gauche

Anne Hidalgo a expliqué mercredi qu'elle voulait participer à une primaire de la gauche. Arnaud Montebourg, lui, veut bien renoncer en cas de rassemblement. Ce n'est plus la primaire pour désigner un champion mais une primaire pour abandonner dignement.

Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo
Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo
Crédit : AFP
La dernière utopie de gauche : le candidat unique pour retrouver des électeurs
02:32
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost

Une candidature unique à gauche, c’est la dernière utopie de candidats en grande difficulté. 
Mine de rien, deux candidatures sont mortes. Celle d’Arnaud Montebourg et celle d’Anne Hidalgo. Bien sûr, aucun des deux ne l’a dit comme ça. 

Anne Hidalgo au 20 heures de TF1 a expliqué qu’elle voulait participer à une primaire de la gauche. Arnaud Montebourg, lui, veut bien renoncer en cas de rassemblement. Ce n'est plus la primaire pour désigner un champion mais une primaire pour abandonner dignement.

Mais pourquoi ça leur prend soudainement ? Leurs candidatures sont des naufrages. La division est leur excuse. Ils ne veulent pas porter la responsabilité d’une disparition pure et simple de la gauche. Mais cette logique de primaire est un leurre. C’est croire que réduire l’offre, le nombre de candidats, fera augmenter la demande. 

La gauche n’a-t-elle plus aucune idée ?

Or, aujourd’hui le problème de la gauche, c’est qu’il n’y a pas de demande. N’avoir qu’un candidat, quand on a aucune idée, ça ne changera rien. Plus aucune idée qui s’installe dans le débat public, en grande partie faute d’avoir été travaillé. Qu’est-ce que la gauche contemporaine a à proposer ? Quel progrès porte-t-elle ?

À écouter aussi


Même sur un sujet comme l’écologie quand elle s’attaque au modèle de croissance (ce qui serait à proprement parlé révolutionnaire), son raisonnement ne prend pas ou il fait peur. La gauche ne parle plus à l’électorat populaire et pâtie de la dépolitisation générale. 

Donc ça vaut aussi pour Yannick Jadot ? D’autant qu’une primaire n’effacerait pas les divisions de fond. Sur les questions républicaines sur la place des minorités sur l’Europe, sur le nucléaire, les divisions à gauche sont aujourd’hui profondes. A cela, il faut ajouter qu’une partie de la gauche est chez Emmanuel Macron et qu’elle s’y trouve bien. 

Une nouvelle dynamique ?

Donc tout cela ne créera aucune dynamique ? Dans son appel, Anne Hidalgo donne le sentiment de vouloir sauver les dinosaures, les derniers élus au Parlement. L’élection présidentielle cache celle des législatives. Un accord à gauche lui permettrait de sauver quelques postes de députés. Aujourd’hui, elle ne peut rien négocier. 

Dans leur stratégie, Yannick Jadot, comme Jean-Luc Mélenchon, n’ont aucun intérêt à se rallier à un processus collectif. Ils n’adhéreront donc pas à la dernière utopie de gauche. Celle de croire qu’il suffirait d’un candidat unique pour retrouver ses électeurs.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/